« Daesh n’est pas la cause de tous nos maux… »

Nous achevons, dans ce numéro,la publication de notre entretien avec le père Emad Yelda Ekleemes, vicaire du patriarche Syriaque catholique pour le sud de l’Irak et le Golfe arabique.
Dans cette partie, sans s’aventurer sur le terrain politique, le père Emad pointe précisément du doigt la responsabilité occidentale, ainsi que la responsabilité des musulmans “modérés”.
Nous n’osons espérer que ces messages puissants soient entendus de nos gouvernants, aveugles volontaires, mais, s’ils pouvaient l’être des chrétiens de France, le martyre des chrétiens d’Irak ne serait pas vain… et l’action de Christianophobie hebdo pas inutile!

Dans cette situation tragique, qu’espérez-vous pour les chrétiens d’Irak ?

Nous avons, bien sûr, l’espérance.
J’espère profondément que les chrétiens pourront rester en Irak, sur leurs terres historiques, où ils habitent depuis pratiquement 2 000 ans.
Chaque départ est ressenti comme une balle qui traverse le corps de l’Église tout entière et de la paroisse.
Mais, aujourd’hui, personne ne peut assurer la sécurité des chrétiens d’Irak : ni l’État, ni l’Église. Comment imaginer une vie et un avenir dans ce pays ?
On parle beaucoup de victoires ou de défaites militaires. Ce qu’il faut bien comprendre, c’est que les forces de Daesh sont limitées militairement, mais il faut prendre en compte « l’esprit Daesh ».
Cette mentalité est présente partout chez les musulmans, dans les administrations, la police, les hôpitaux, chez nos voisins !
Même si nous tissons des relations cordiales avec notre voisin, un jour viendra où les choses changeront brutalement. L’histoire l’a toujours montré, les événements récents l’ont rappelé (Les villages arabes avoisinants la plaine de Ninive ont ainsi permis l’entrée de Daesh).

Quelle est la responsabilité de l’Occident dans le martyre des chrétiens d’Irak ?

Depuis de nombreuses années, au niveau local ou international, les chrétiens ne sont qu’un « joker » dans le jeu des différentes ¬puissances. Tantôt variable d’ajustement, tantôt justification de conflits ou d’ententes politiques, les chrétiens d’Irak payent de leur vie la recherche du pétrole irakien et de l’argent par les États-Unis ou autres acteurs nationaux.
Comme beaucoup, je n’ai pas toutes les informations et je préfère me restreindre à mettre en exergue ce dont je suis sûr : Daesh n’est pas la cause de tous nos maux. Ne serait-ce que parce que l’État islamique n’existait pas en 2003, lorsque la coalition occidentale a détruit l’État irakien…

Auriez-vous un message à adresser aux chrétiens de France ?

Au nom des déplacés d’Irak, je souhaite remercier tous les Français, et spécialement les chrétiens de France, pour leur mobilisation.
Alors que nous traversons le désert, vous venez nous abreuver par votre présence, votre prière et votre soutien matériel.
Puisse Dieu protéger la France et les Français!