« La France et la Syrie sont désormais unies par le sang des martyrs ! »

Le père Toufic Eid est le curé de Maaloula, en Syrie.

Un prêtre a été égorgé cette semaine en France. Quel est votre message pour les Français ?

Je n’ai cessé de prier pour la France, les Français, et toutes les victimes de ce terrorisme qui vous frappe désormais aussi cruellement que nous…
J’ai été vraiment très choqué d’apprendre cette nouvelle et je présente mes condoléances à tous les Français.
Entendre qu’un prêtre a été égorgé dans son église, en France, est une nouvelle terrifiante devant laquelle on reste muet… Nous prions pour la France, tout simplement.

Cela fait maintenant plusieurs années que vous préveniez…

Oui, nous avons prévenu du risque que représentaient ces milliers de jeunes Européens partis se battre en Syrie, mais nous ne souhaitions évidemment pas ces horreurs et puis nous ne les imaginions pas se produire aussi rapidement en France.
Nous prévenions par prudence, et parce que la logique voulait que ça se passe ainsi, mais nous continuions à espérer que l’Europe échappe à ces abominations.
Il n’y a aucune amertume de notre part, nous sommes terriblement choqués et sincèrement tristes de ce qui vous arrive.
Nous sommes désormais unis par le sang des martyrs, et toujours par la communion des saints.

Que conseillez-vous aux Français, vous qui subissez l’islamisme depuis plus de cinq ans ?

Ne vous découragez pas, gardez confiance. Aux catholiques, je dis de conserver l’espérance et la foi.
En revanche, agissez. Il ne faut pas se laisser sidérer par ce qui vient de se passer si vous voulez éviter pire encore. Les Français doivent exiger une remise en question de leur gouvernement. Le gouvernement français doit reconnaître enfin ses erreurs et changer de politique. Soutenir les islamistes en Syrie, participer à la destruction du pays puis devoir accueillir des centaines de milliers de Syriens n’est une solution pour personne. Il était évident que certaines personnes très mal intentionnées se glisseraient dans le flux de ces réfugiés.
Depuis le début de cette guerre syrienne, nous disions que l’Europe ne sortirait pas indemne de la politique qu’elle mène ici… Les Français doivent demander des comptes et obliger le gouvernement à changer de stratégie. Il est temps d’agir concrètement contre le terrorisme, avec les acteurs locaux.

Votre village, Maaloula, a été agressé par des islamistes, certains de vos jeunes sont encore otages, vous avez eu trois martyrs de la foi… Quelle espérance après de tels actes ?

Il faut, bien sûr, exiger la justice, mais également remettre sa colère entre les mains de Dieu pour ne pas durcir son cœur au point d’en être malheureux. Il faut se demander ce que l’on veut protéger, défendre et transmettre malgré les tentatives de destruction de ces monstres diaboliques. Je le répète : gardez la foi. Elle seule peut sauver, à la fin.