« La présence chrétienne est un gage de stabilité pour le Liban… »

Fouad Abou Nader est un ancien chef d’état-major, puis commandant en chef des Forces Libanaises. Il est aujourd’hui le président de l’association Nawraj, qui vise à renforcer la présence chrétienne dans le pays.

 

Comment va le Liban ?

La guerre en Syrie a évidemment déstabilisé notre pays. Pour des raisons politiques et militaires bien sûr, mais surtout parce que nous avons 2 millions de déplacés syriens et 600 000 réfugiés palestiniens dans un pays qui compte initialement 4,5 millions d’habitants. Aujourd’hui, il y a sur notre sol une personne sur deux qui est étrangère et cela ne peut pas durer. L’année dernière, 60 000 petits Libanais sont nés dans le pays… et 50 000 enfants syriens ! Par ailleurs, la population carcérale a augmenté de 30 % avec l’arrivée massive de ces Syriens… Alors que faire ? Ban Ki Moon nous avait demandé de penser à naturaliser ces Syriens… La demande est irréaliste !

 

Que proposez-vous pour ces réfugiés Syriens ?

Il faut qu’ils rentrent en Syrie et il n’est pas nécessaire d’attendre la fin de la guerre pour y réfléchir. Il est tout à fait possible de créer des camps de déplacés à l’intérieur du pays, dans des zones affranchies de tout combat. Ces camps pourraient être, eux aussi, placés sous tutelle de l’ONU, mais en Syrie. Parce que le Liban ne pourra pas résister éternellement à une telle pression migratoire. La meilleure chose à faire, et de toute urgence, est de ramener ces Syriens en Syrie, et de leur permettre une vie décente dans leur propre pays. Je le dis pour les musulmans comme pour les chrétiens.

 

Revenons au Liban. Quel est le but de votre association qui entend renforcer la présence chrétienne dans le pays ?

Oui, nous travaillons en effet à la consolidation de la présence chrétienne au Liban, d’abord parce que nous, chrétiens, sommes dans notre pays et que c’est donc notre place. Mais également parce que cette présence est un gage de stabilité pour le pays. Sur les 1 650 villages du Liban, vous n’en trouverez pas un seul où deux communautés musulmanes différentes cohabitent, c’est impossible. En revanche, vous trouverez des chrétiens dans tous ces villages, qui arrivent à vivre avec tous les Libanais, quelle que soit leur confession. Les chrétiens sont un liant dans le peuple libanais, un liant absolument indispensable pour que son avenir soit pacifique. Mais nous travaillons également à ce que toutes ces communautés se parlent, afin d’harmoniser le pays. Chaque fois que les chrétiens ont travaillé à leur propre défense, ils ont réussi à changer le cours de l’histoire libanaise. Il faut simplement que nous travaillions à notre unité, et à notre cause commune.

 

Un mot sur la France ?

Je crois malheureusement que la France a déçu énormément de monde au Proche-Orient ces dernières années et tout particulièrement les chrétiens qui lui réservaient pourtant une immense place dans leur cœur. Je crois que la Russie agit plus aujourd’hui pour les chrétiens d’Orient que la France qui semble avoir oublié sa vocation… Même si je sais, en revanche, que de très nombreux Français ne nous ont pas oubliés, et je les en remercie.