« Nous avons besoin de l’amour de la France ! »

Grégoire III Laham est le patriarche grec-melkite catholique d’Antioche.

Vous venez de fêter Pâques, des députés français étaient présents, quel a été votre message ?

La paix, toujours la paix. Nous n’attendons que ça depuis de trop longues années ! Aux députés français, j’ai demandé de transmettre à François Hollande l’amour des Syriens pour la France. Nous avons souffert notamment à cause des choix français, mais nous continuons à aimer votre pays. Nous rêvons que la France nous le rende, et nous réalisons avec la venue des députés, des volontaires de SOS Chrétiens d’Orient, de la délégation de Mgr Rey, ces jours-ci, qu’il existe une France qui nous aime. Quel soulagement… Et quelle joie !
Pour Pâques, mon message est tout simplement celui de l’espérance de la résurrection. Vous savez que nous vivons un chemin de croix depuis maintenant plus de 5 ans, et nous fixons la Croix en attendant la paix.

D’où vous vient cette force après des années de guerre féroce ?

Du Ciel, ne cherchez pas ailleurs. Notre force est surnaturelle, elle est le plus précieux fruit de notre foi dans ces circonstances !

Mgr Rey revient en Syrie six mois après sa première visite pendant la guerre…

Il prouve par sa fidélité son indéfectible sou¬tien au peuple syrien et nos remerciements sont encore insuffisants à exprimer notre reconnaissance. Nos fidèles sont éprouvés, fatigués, parfois en colère, et ces soutiens étrangers sont une consolation inestimable. Cette délégation de 45 personnes est une joie immense ! Mgr Rey a jumelé son diocèse avec l’éparchie de Homs, particulièrement éprouvée par la guerre. Les villes et villages sont détruits, les églises abîmées, les maisons pillées, et il n’y a rien de pire que de se sentir en plus abandonnés. Cette nouvelle visite est une grâce de Dieu.

Qu’en attendez-vous ?

Je rêve qu’elle soit un exemple pour d’autres évêques, entrepreneurs, hommes politiques, diri¬geants français. Je ne sais pas si vous réalisez à quel point la France nous manque. Ne sous-estimez pas ces paroles : nous avons besoin de l’amour que la France nous a porté si longtemps et Mgr Rey doit être un exemple. Il visite le peuple syrien, il adresse un message aux chrétiens comme à tous les Sy¬riens. En cette période pascale, c’est un cadeau de plus !

Qu’avez-vous à dire à la France ?

Je voudrais la remercier d’avoir accueilli nos fidèles du fond du cœur, mais je voudrais aussi lui dire que leur place est ici ! Notre pays est magnifique ; sa culture est belle. Il faisait bon y vivre, malgré toutes les imperfections. La Syrie a besoin de ses enfants, je supplie la France de nous aider à demeurer dans notre pays. Nous sommes les enfants de la résurrection et je supplie mes fidèles de se battre pour rester les héritiers de ce berceau du christianisme !