« Ouvrez les yeux : ce n’est pas la Syrie qui menace la France ! »

Marina est une jeune chrétienne syrienne qui vit aujourd’hui à Damas, malgré la guerre.

Quelle est aujourd’hui la situation à Damas ?

Avec le cessez-le-feu et le recul des combattants dans la banlieue de ville de Damas, la situation s’est plus ou moins apaisée. Des bruits retentissent de temps en temps, mais ils viennent relativement de loin et la situation est sans comparaison avec les années précédentes. Les Damascènes vivent enfin normalement au quotidien. Ils fréquentent des restaurants et des bars devenus plus nombreux, surtout dans la vieille ville, sans craindre les chutes d’obus, comme c’était encore le cas il y a quelques mois. Aller dans certains quartiers “chauds” reste plus compliqué et, par prudence, nous n’y allons pas. Certaines frontières imaginaires se sont dessinées autour de Damas, et plus personne ne passe d’un de ces quartiers aux nôtres et inversement.

Les chrétiens vivent-ils cette guerre avec plus d’angoisse que les autres ?

La menace étant principalement islamiste, les chrétiens ne peuvent que redouter les conséquences des changements que pourrait subir le pays, aussi bien politiquement que religieusement. Aujourd’hui, le temps semble avoir apaisé toute la population, et donc également les chrétiens. La durée du conflit a fait disparaître la peur au profit d’un sentiment de routine : la guerre continue, la vie reprend tant bien que mal, et plus personne ne se pose trop de questions. Néanmoins, les chrétiens – comme tous leurs compatriotes – vivent toujours avec la peur du lendemain incertain. Mais il faut aussi donner les bonnes nouvelles, et la situation n’a plus rien à voir.

Quel regard portent les habitants de Damas sur le comportement français dans cette guerre ?

Avec la fermeture de l’ambassade française en Syrie en 2012, Paris a coupé les ponts avec Damas, ce qui fait que le gouvernement français est mal informé sur la situation en Syrie. S’il reconnaît bien l’existence du problème Daesh, il semble continuer à soutenir des groupes qu’il “croit” modérés et qui voudraient “libérer” le pays… La réalité est toute autre, mais la France ne peut le savoir puisqu’elle n’écoute pas le peuple syrien qu’elle a abandonné. Les djihadistes ne sont pas des rebelles et encore moins des “rebelles modérés qui font du bon boulot” comme l’a dit votre ministre des Affaires étrangères il y a quelques années… Bien sûr que la France nous a fait mal.

Quel message pour les Français ?

Il est primordial de s’informer avant de prendre position et de disserter sur la situation de notre pays, sa politique et son avenir. Venez visiter la Syrie et rencontrer ses habitants avant de tirer des conclusions. Et surtout, pour le bien de la France et de la Syrie, l’ambassade française en Syrie doit rouvrir ses portes, parce qu’aujourd’hui la Syrie combat les mêmes ennemis que la France. Ouvrez les yeux ! La Syrie mérite d’être soutenue et aimée par la France ; ce n’est pas elle qui menace la France !