13 octobre 2017 : Déclaration de Budapest

Voici un texte qui fera date. C’est la déclaration promulguée par tous les participants à la réunion internationale sur la persécution des chrétiens qui s’est tenue à Budapest à l’initiative du gouvernement hongrois du 11 au 13 octobre. Nous renvoyons également aux extraits déjà traduits par nos soins du discours du Premier ministre Victor Orbán (Christianophobie hebdo, n° 138). Le maître d’œuvre de cette réunion fut le secrétariat d’État pour l’aide aux chrétiens persécutés, seul organe gouvernemental au monde, à notre connaissance, a s’occuper spécifiquement de cette tragédie. Nous avions signalé sa création dès septembre 2016 (n° 86).

Les participants à la réunion internationale :
1. Expriment leur plus profonde solidarité avec les chrétiens et les autres groupes religieux minoritaires persécutés dans le monde.
2. Accueillent chaleureusement et soutiennent toutes les actions des organismes gouvernementaux, des organisations ecclésiastiques et non gouvernementales qui prennent la défense des minorités religieuses persécutées dans le monde, avec une attention particulière pour les chrétiens.


3. Rendent hommage aux efforts du gouvernement de Hongrie pour son aide aux chrétiens persécutés et aux autres minorités religieuses, et à toutes mesures similaires prises par d’autres gouvernements.
4. Condamnent tout acte visant à nier ou à réduire l’exercice des droits humains fondamentaux, avec un accent particulier sur la violation de la liberté religieuse.
5. Exhortent la communauté internationale à défendre et à prendre le parti des minorités religieu-ses persécutées, et à utiliser tous les moyens légaux potentiels contre les groupes qui commettent des atrocités contre les chrétiens et d’autres minorités religieuses.
6. Soulignent que les actes barbares commis par l’organisation terroriste qui se nomme elle-même État Islamique, ou par toute autre organisation et milice terroriste similaire, sont considérés comme un génocide, comme des crimes contre l’humanité et des crimes de guerre et que, par conséquent, tous les pays du monde ont la res-ponsabilité de mettre un terme à de tels crimes et de faire passer devant un tribunal les personnes responsables de les avoir commis.
7. Promeuvent le renforcement du rôle de l’envoyé spécial pour la promotion de la liberté de religion et de conviction en dehors de l’Union européenne
8. Invitent l’Union européenne à réévaluer l’efficacité des mesures restrictives dans la perspective de les amender, en gardant présent à l’esprit les intérêts des populations civiles des pays qui en sont affectés.
9. Invitent les décideurs politiques et les leaders d’opinion dans le monde de tenter de favoriser le libre exercice de la religion dans les régions en crise où les chrétiens et d’autres minorités religieuses sont persécutés, afin de garantir la paix et la sécurité internationales, avec une attention spéciale pour le Moyen-Orient, l’Afrique et différentes régions d’Asie.
10. Invitent les gouvernements et les organisations internationales du monde de rechercher des solutions à long terme afin de mettre un terme à la persécution des chrétiens et des autres communautés religieuses pour garantir que l’exercice des droits humains, y compris le libre exercice de la religion conformément à l’article 18 de la Déclaration universelle des droits de l’homme, soit respecté.
11. Invitent à la reconstruction urgente des écoles et des aménagements d’infrastructure pour permettre aux chrétiens et aux autres minorités religieuses de rester ou de revenir sur la terre de leurs ancêtres.
12. Invitent à soutenir les solutions politiques, économiques et sécuritaires permettant aux chrétiens et aux réfugiés d’autres religions minoritaires de rentrer dans leurs patries.
13. Exhortent à l’action commune des gouvernements du monde et des organisations internationales afin de mettre un terme aux atroci-tés commises contre les chrétiens et d’autres minorités religieuses et, conformément à ce but, à mettre en œuvre immédiatement des mesures pratiques.

Secrétariat d’État pour l’aide aux chrétiens persécutés, 13 octobre – CH pour la traduction.