Algérie : « une campagne coordonnées contre les églises »

Reconnaissons que si ce n’est pas une campagne coordonnée contre les églises, cela y ressemble beaucoup. Les progrès notables des Églises protestantes en Algérie inquiètent le pouvoir. Ceci doit expliquer cela…

En Algérie, des églises et de simples particuliers chrétiens ont éprouvé des limitations qui n’ont cessé de croître ces derniers mois, ce qui a soulevé des craintes que ces pressions soient le signe « d’une campagne coordonnée contre les églises de la part des autorités gouvernementales », selon l’organisation de défense des chrétiens Middle East Concern [MEC].

Le 19 décembre, trois chrétiens ont été arrêtés à Chlef, à 200 km au nord-ouest d’Alger.

Selon MEC, ils venaient de Tizi Ouzou et avaient organisé une rencontre dans un café de [Chlef].

« La police est entrée dans le café, a découvert qu’ils étaient en possession de littérature chrétienne et les a conduits au commissariat de police où ils ont subi un long interrogatoire », a précisé MEC.

« Un journal local connu pour son hostilité envers les chrétiens, a qualifié l’événement de “tentative avortée d’évangélisation”, accusant les chrétiens de travailler, sous couvert d’actions humanitaires, à séduire les jeunes musulmans afin de les convertir en leur donnant de l’argent ou en finançant des voyages. »

MEC signale que les trois chrétiens ont été relâchés, mais « qu’ils pourraient être inculpés de prosélytisme ».

Au cours de la même semaine, deux églises de la province de Béjaïa [Bougie], au nord-ouest de la Kabylie, ont, selon ces informations, reçu la visite d’une commission composée de fonctionnaires du ministère des Affaires religieuses, de la brigade de pompiers, de la gendarmerie nationale et des services de renseignements.

« Les églises ont été averties que ces visites étaient destinées à s’assurer que les règlements de sécurité étaient respectés », rapporte MEC. « Les deux bâtiments accueillent des réunions de huit églises de Béjaïa. Le résultat des inspections est toujours attendu ».

À Ouargla, dans le sud de l’Algérie, on rapporte qu’une autre église active depuis dix ans « a reçu l’ordre du gouverneur de la province de cesser toute activité religieuse » à la suite d’une inspection de son bâtiment le 14 décembre.

« Ses responsables sont accusés de ne pas disposer d’autorisation pour utiliser ce bâtiment comme lieu de culte et de ne pas satisfaire aux règles de sécurité », déclare MEC.
« On leur a conseillé de solliciter une autorisation du ministère des Affaires religieuses tout en leur précisant que le culte ne pourrait y reprendre que trois mois après avoir reçu ladite autorisation. »

Auparavant, en novembre, une église et une librairie tenue par un chrétien dans la ville d’Aïn El Turk proche d’Oran dans le nord-ouest du pays, ont été fermées de force, rapporte World Watch Monitor.

Selon MEC, le centre de formation d’une église de Boudjima, en Kabylie, a reçu la visite de la police et a dû depuis cesser ses activités. Ses responsables feront l’objet d’une enquête le mois prochain.

Ces églises touchées sont toutes affiliées à l’Église protestante d’Algérie (EPA) officiellement reconnue en 1974, signale MEC. « L’EPA s’interroge sur les motifs cachés derrière ces visites d’inspection et estime que les accusations portées contre ces églises pour les fermer sont sans fondement ».

World Watch Monitor, 3 janvier – CH pour la traduction.