Attentat d’Edmonton : la réaction de Wilson Chowdhry

Éclipsé dans nos médias par les abominations islamistes de la gare Saint-Charles de Marseille, un autre attentat djihadiste a été commis, presque à la même heure, ce même dimanche 1er octobre à Edmonton, capitale de l’Alberta, au Canada. L’intention de l’islamiste était aussi de tuer. Par une singularité stupéfiante, Wilson Chowdhry, président de la British Pakistani Christian Association (BPCA), était à Edmonton au moment des faits et, après la tenue d’une table ronde, il regagnait en taxi son hôtel situé à une minute à pied du lieu de l’attentat… Voici son communiqué sur les faits et son analyse.

Londres a été frappé par quatre attaques terroristes en 2017 ; le Royaume-Uni en a connu cinq cette même année. Ici, à Edmonton, une ville extrêmement paisible, l’attaque m’a pris par surprise et m’a profondément ébranlé.

Cette attaque était simplement trop proche de là où j’habite et les mots me manquent. Il n’y a aucun endroit où l’on puisse être à l’abri des extrémistes musulmans qui utilisent des moyens comme ces attaques avec des véhicules, opportunistes et moins élaborées.

Je suis venu au Canada chercher un refuge pour des milliers de chrétiens pakistanais coincés en Thaïlande où ils tentaient d’échapper au violent extrémisme musulman qui règne dans leur patrie, et je me retrouve, une fois de plus, dans une nation réputée sûre, en train de prier pour les victimes d’une nouvelle agression brutale contre des gens innocents.

La mentalité de ces individus vou-lant perpétrer une telle violence, est d’une méchanceté inconcevable, et elle servira à créer encore plus de divisions dans des communautés de plus en plus divisées.

Je crains que, sauf si les nations occidentales parlent franchement de la vraie nature et des causes fondamentales de ces accidents, nous ne puissions jamais vaincre la prolifération de cette idéologie de haine qui motive ces fondamentalistes.

Ces agresseurs ne disent pas “Notre Père qui êtes aux Cieux” avant de lancer leurs attaques.

Nous devons motiver nos prochains musulmans et mieux travailler en particulier avec ceux qui maintiennent l’harmonie dans une communauté.

En même temps, ceux qui commettent ces crimes doivent être vigoureusement dénoncés par tous les citoyens des nations occidentales. Le temps de demeurer silencieux est passé.


BPCA, 1er octobre – CH pour la traduction.