Australie : manifestation à Sydney pour exiger la libération d’Asia Bibi

Wilson Chowdhry, président de la British Pakistani Christians Association (BPCA), dont le siège est en Angleterre, s’est rendu en Australie pour participer à une manifestation qui s’est déroulée devant le Parlement de la Nouvelle Galles du Sud à Sydney, samedi 8 octobre, pour exiger la libération d’Asia Bibi et l’abolition de la loi sur le blasphème au Pakistan. L’annonce que l’affaire Asia Bibi serait entendue en appel à la Cour suprême du Pakistan, jeudi 13 octobre, lui a inspiré le commentaire suivant.

Nous rendons grâce à Dieu qu’une date ait pu enfin être fixée pour l’appel de cette mère qui souffre.

Nous demandons aux gens dans le monde entier de prier pour qu’elle soit relâchée et puisse partir en sécurité avec sa famille vers un pays occidental.

Cette famille a suffisamment souffert et mérite de se rétablir loin de la méchanceté et de la haine qui a dévoré le Pakistan. C’est triste, mais, si elle est libérée, elle ne pourra jamais récupérer les années perdues avec ses enfants. Elle n’a pas pu assister à des mariages, des anniversaires des fêtes de Noël et n’a pas pu leur fournir les soins et la protection d’une mère.
La manière dont elle a été traitée par les tribunaux et le gouvernement du Pakistan doit rappeler à tous que, parfois, ceux dont les fonctions sont de nous protéger y faillissent misérablement.

Les grands bailleurs de fonds, comme le Royaume-Uni et les États-Unis d’Amérique, commencent à utiliser leur aide comme un levier pour améliorer les droits de l’homme dans les nations bénéficiaires. En tant qu’un des plus importants donateurs pour le Pakistan (47 millions de AU$), l’Australie peut avoir un rôle significatif à jouer. La politique officielle de l’Australie comporte la lutte contre la pauvreté en suscitant un développement durable et des emplois, elle se concentre aussi sur l’éducation et la santé : ce sont là des objectifs valables.

Les chrétiens sont parmi les plus pauvres citoyens au Pakistan et, malheureusement, ils sont habituellement prisonniers d’une combinaison entre une forme d’esclavage pour dettes et une oppression religieuse directe et systématique. [Ils sont victimes] d’un esclavage sexuel systématique qui vise les jeunes filles et femmes chrétiennes enlevées, violées et soumises à des conversions et des mariages forcés.

L’Australie doit tout simplement utiliser son aide financière pour faire disparaître ces disparités sociales.

Source : BPCA – CH pour la traduction.