Bombay : chemins de Croix contre la persécution des chrétiens

Si le Premier ministre, Narendra Mori, a estimé opportun de présenter, cette année, ses vœux de Pâques aux chrétiens, ces derniers demeurent circonspects, car des vœux, aussi appréciables qu’ils soient, ne sauraient effacer le constat que, depuis l’arrivée au pouvoir, en mai de l’année der­nière, du Bharatiya Janata Party, les actes antichrétiens ont explosé en Inde. Voici un article d’Asia News, agence d’information des Œuvres pontificales missionnaires, qui traduit le malaise des communautés chrétiennes locales.

 

Après les attaques contre des églises et le viol d’une religieuse âgée, plusieurs paroisses de Mumbai [Bombay] dédie­ront leurs chemins de Croix d’aujourd’hui [vendredi 3 avril] à la persécution antichrétienne croissante en Inde.

À la paroisse Saint-André, située dans la banlieue de Bandra ­Ouest, au cours de la procession des 14 stations, les fidèles exposeront une série d’affiches donnant des chiffres et des informations sur les différents cas [de christianophobie] survenus ces tout derniers mois.

La semaine dernière, la Commission nationale pour les minorités [National Commission for Minorities] a rencontré le cardinal Oswald Gracias, archevêque de Mumbai, et d’autres membres du clergé catholique de rite latin ou syro-malabar, pour discuter du sentiment de peur et d’insécurité qui imprègne la communauté chrétienne après les attaques de ces derniers mois.

Participant à cet entretien, le Père Anthony Charanghat, porte-parole de l’archidiocèse a déclaré : « L’archevêque a exprimé combien cette commu­nauté était attristée de la réponse tardive du gouvernement à ces attaques dans tout le pays.

Nous avons été attristés qu’un secteur ait fait des déclarations accusatoires contre la communauté et son clergé, et nous ait blâmés pour des conversions.

Il faut une année de préparation à une personne et une déclaration sous serment pour devenir chrétien, si elle n’est pas née dans un foyer chrétien. »

Toutefois, a-t-il ajouté, « la Commission a déclaré qu’elle transmettrait nos inquiétudes au gouvernement, mais qu’elle n’avait pas la capacité de mettre en ­œuvre une quelconque action sur ce sujet ».

 

Source : Asia News (3 avril) – © CH pour la traduction.