Catholic League : les racines de l’État Islamique sont dans l’islam

Quand nous osons soutenir que l’idéologie de l’État Islamique est ins­pirée par la doctrine musulmane, on nous rétorque sur tous les tons de la gamme : c’est pas ça, l’islam ! Ou encore : pas d’amalgame ! Et nous sommes stigmatisés d’islamophobie. Mais quand c’est un musulman, qui plus est un intellectuel et un universitaire, qui le rappelle alors les cris d’orfraies se transforment en un silence assourdissant… Bill Donohue, président de la Catholic League des États-Unis vient de nous en apporter un très bon exemple…

En 2009, quand Aaqil Ahmed fut le premier musulman nommé pour diriger les programmes religieux à la BBC, on le considéra avec quelque suspicion. L’archevêque de Canterbury, Rowan Williams, fut mécontent que « la voix chrétienne soit mise sur la touche ». Aujourd’hui, d’autres regardent de travers Ahmed : les propos qu’il a tenus cette semaine lors d’une réunion de journalistes à Londres, en ont fait tiquer certains.

On a interrogé Ahmed, qui est professeur à l’Université du Middlesex, sur l’expression « soi-disant État Islamique ». Sa réponse fut lumineuse : « J’entends beaucoup de gens dire que l’EIIL [État Islamique en Irak et au Levant] n’a rien à voir avec l’islam. Bien sûr qu’il a à voir avec. Ils ne prêchent pas le judaïsme. Je peux me tromper, mais ce qu’ils proclament c’est une idéologie qui est une forme particulière de la doctrine musulmane ». Il ajouta que la nature musulmane de l’EIIL était « un fait qu’il fallait se mettre dans la tête, même si c’est dérangeant ».
Ceux qui travaillent au département d’État [ministère des Affaires étrangères des États-Unis] ont le devoir moral de contester la position d’Ahmed. Cela vaut aussi pour ceux qui professent le multiculturalisme sur les campus des facultés américaines.

Les gens qui voient clair savent bien que l’EIIL a ses racines dans une interprétation de l’islam qui est largement partagée dans des communautés musulmanes, même si elle n’est pas admise par la plupart des musulmans. Dire cela, ce n’est pas être intolérant : c’est être honnête.

Le président Obama est en grande partie responsable d’avoir mis un terme à tout débat honnête sur les racines religieuses de l’EIIL. Son déni constant d’une quelconque relation entre les enseignements de Mahomet et les actes terroristes commis en son nom, est une absurdité. On ne peut progresser en aucun domaine sans une énergique liberté d’expression et qui soit à l’abri de toute considération politique.

Le professeur Ahmed vient de nous rendre un fier service. Que d’autres, à leur tour, saisissent cette occasion.

Source : Catholic League – © CH pour la traduction.