C’est d’espérance que la France a besoin pour relever la tête…

C’est à Paris, le 13 novembre, que la France a subi une attaque islamiste sans précédent : 131 morts, des centaines de blessés, un pays entier endeuillé…

En une soirée, les Français ont découvert l’horreur que vivent quotidiennement tant d’hommes dans le monde.

Bombes, ceintures d’explosifs, armes automatiques, Paris s’est subitement liée à Alep ou Bagdad par son actualité. Cette actualité que l’on pensait si lointaine, malgré les menaces de l’État islamique et les avertissements des Orientaux, et tout particulièrement des chrétiens persécutés.

Combien ont confié qu’ils retrouvaient dans les banlieues françaises les mêmes profils que ceux des hommes qui les ¬avaient chassés de chez eux ?
Leur martyre et leurs avertissements n’auront pas suffi à ouvrir les yeux d’un gouvernement français bloqué sur une politique étrangère dangereuse.
Le réveil est brutal pour cette France endormie.

Elle est en guerre, ont affirmé plusieurs responsables politiques. Mais qui est-elle ? Que s’apprête-t-elle à défendre en menant ce combat ? Les têtes sont vides, les cœurs asséchés et les volontés anesthésiées.

Si certains Français ont pu rejoindre l’État islamique, c’est parce qu’il leur avait offert une raison de vivre, devenue en conséquence une raison de mourir.

L’État islamique, lui, n’a pas ciblé la France au hasard. Il l’a ciblée, parce qu’elle est pour lui « celle qui porte la bannière de la croix en Europe ».

C’est un mode de vie, une culture, une religion, un peuple qui étaient visés.

« Cela me provoque dans ma foi, il est temps pour nous de parler clairement d’un Dieu d’Amour et de paix », réagissait Monseigneur Rey, évêque de Fréjus-Toulon.

Un Dieu miséricordieux mais juste, lent à la colère et plein d’Amour… Voilà une réponse qui peut combler le cœur de l’homme et lui donner la force nécessaire pour se défendre.

Les minutes de silence ont voulu remplacer la prière, mais elles ont l’immense désavantage de ne pas offrir l’espérance. Or c’est de celle-ci qu’a besoin la France pour relever la tête.

Faustine des Lys

fdeslys@christianophobie.fr