Chrétiens persécutés : les Nations unies s’en prennent à l’Iran

Quatre rapporteurs spéciaux, experts des Nations unies sur les questions des droits de l’homme, ont vigoureusement mis en garde l’Iran contre la discrimination et la persécution dont la minorité chrétienne souffre dans ce pays. Le communiqué du Haut-commissariat pour les droits de l’homme de Genève, est plutôt sévère…

Des experts en droits de l’homme des Nations unie ont appelé l’Iran à garantir un jugement d’appel équitable et transparent pour trois chrétiens iraniens qui doivent comparaître devant le Tribunal révolutionnaire de Téhéran ce week-end [3-4 février].
« Nous sommes vivement préoccupés par les longues peines de prison qui ont été prononcées lors d’une précédente audience contre le Pasteur Victor Bet Tamraz, Amin Afshar Naderi et Hadi Asgari pour une alléguée “activité d’évangélisation”, pour des “activités illégales d’églises à la maison” et autres accusations similaires qui, selon les autorités, équivalent à des menées contre la sécurité nationale, en totale opposition aux obligations internationales de l’Iran imposées par la Déclaration universelle des droits de l’homme et le Pacte international relatif aux droits civils et politiques », ont déclaré les quatre rapporteurs spéciaux dans une déclaration commune.
« Nous sommes, en outre, préoccupés par le manque de soins médicaux dont ils disposent en détention et, en particulier, de l’état de santé de M. Asgari, toujours emprisonné », ont-ils ajouté.
« Nous demandons fermement au gouvernement de garantir que la dernière audience du dimanche [4 février] sera équitable et transparente, conformément aux obligations de l’Iran envers la législation internationa­le sur les droits de l’homme », ont déclaré les experts.

Vous devez vous connecter ou vous abonner pour avoir accès à ce contenu.

Nations unies, bureau du Haut-commissaire pour les droits de l’homme, 2 février – CH pour la traduction.

Laisser un commentaire