Combien de chrétiens ont été tués à cause de leur foi en 2016 ?

1 200, 10 000 ou 90 000 ? Les estimations sont sensiblement différentes et les experts en débattent. Mais ce ne sont que des estimations car les statistiques précises manquent. Quel que soit le nombre qu’on retienne, le fait est là : les chrétiens constituent la confession religieuse la plus persécutée dans le monde. World Watch Monitor nous livre un résumé du débat actuel…

Open Doors [Portes Ouvertes] a contesté la manière dont ont été compilées les statistiques sur les “martyrs” chrétiens, et soutenu que le nombre annuel de 90 000, largement signalé voici peu, était sensiblement plus haut que le nombre vérifiable avec précision.

Ce nombre, rapporté par des médias et cité par un universitaire italien [Massimo Introvigne] sur Radio Vatican [26 décembre], a été avancé dans une étude du Center for the Study of Global Christianity [CSGC] du Gordon-Conwell Seminary des États-Unis […].

Les chercheurs sont arrivés à ce nombre en comptant le nombre estimé de chrétiens tués entre 2006 et 2015, et en divisant le résultat par 10.

Ron Boyd-MacMillan, directeur de la recherche à Open Doors, a déclaré à la BBC […] qu’il y avait « beaucoup d’exagération » sur les chiffres relatifs à la persécution des chrétiens. […]

Les recherches de son équipe montrent que le nombre de chrétiens connus pour avoir été tués « en raison de leur foi » entre le 1er novembre 2015 et le 31 octobre 2016, représentait moins de 2 % du nombre avancé par CSGC, soit 1 207 personnes.

[…] Il a ajouté que les chiffres d’Open Doors se fondent, lorsque c’est possible, sur des témoignages, mais qu’il était « probablement inférieur à la réalité mais qu’on ne peut donner que des chiffres qu’on puisse absolument vérifier ». […]

Gina Zurlo, du CSGC, a expliqué que son organisme comptait tous ceux qui « sont morts prématurément en agissant comme des chrétiens », ce qui inclut les chrétiens tués pendant une guerre.

Les chiffres du CSGC supposent que la plupart des chrétiens n’ont pas voulu prendre part à des actes de guerre et qu’ainsi, tout chrétien qui a été tué a été ciblé comme chrétien.

Mme Zurlo reconnaît que, sur le nombre de 90 000 victimes, les deux tiers l’ont été à l’occasion de conflits tribaux et qu’environ la moitié est constituée de victimes de la guerre civile en République démocratique du Congo.

Le professeur allemand Thomas Schirrmacher, président de l’International Council of the International Society for Human Rights, a déclaré que le nombre de 90 000 était trompeur, car il donne « l’impression que quelqu’un a comptabilisé les 90 000 cas », sans préciser si le chrétien qui est mort a été tué en raison de sa foi.

Toutefois, il a précisé qu’un chiffre haut permettait aux gens de prendre conscience de la gravité du problème, ajoutant que des statistiques précises n’existaient pas. Il estime que le nombre total de chrétiens tués en raison de leur foi ces dernières années, devait être inférieur à 10 000 par an.

World Watch Monitor, 20 janvier – © CH pour la traduction.