Contre Boko Haram, une initiative du Congrès des Etats-Unis

Une nouvelle initiative de la Chambre des représentants du Congrès des États-Unis, destinée à obtenir la nomination par le Président d’un envoyé spécial pour le Nigéria et la région du lac Tchad afin de soulager la pression sur les chrétiens.

Un membre du Congrès des États-Unis a déclaré mercredi [11 mai] qu’il apporterait son aide à l’introduction d’un projet de loi appelant le Président à créer un poste d’envoyé spécial pour le Nigéria et plus largement pour toute la région du lac Tchad, afin de rendre plus efficace la réponse américaine aux insurrections musulmanes meurtrières qui ont tué des milliers de chrétiens.

« Nous allons préparer un projet de loi pour un envoyé spécial et entamer le processus [législatif] », a déclaré le député Christopher Smith, président de la sous-commission de la Chambre des représentants sur l’Afrique, la santé mondiale, les droits de l’homme dans le monde et les organisations internationales. « Cela pourrait aider à créer un centre d’intérêt qui manque actuellement. »

Cette demande d’un envoyé spécial fut lancée par l’ancien député états-unien Frank Wolf, dont la carrière législative fut en grande partie consacrée à la liberté religieuse, jusqu’à ce qu’il prenne sa retraite en 2014. Wolf était au Nigéria en février dernier, mois au cours duquel des militants d’ethnie peule, dans leur large majorité des musulmans, ont lancé pendant toute une semaine des attaques dans la partie centrale du Nigéria, culminant dans le massacre du village Agatu, État de Benue, et causant la mort de centaines de chrétiens, dont des femmes enceintes.

« Nous savons la douleur, la souffrance et l’agonie que le peuple du nord et du centre a subies et continue de subir », a déclaré Wolf lors de son audition devant la sous-commission. « Beaucoup estiment que le monde se fiche de leurs problèmes, et c’est vrai. Par conséquent, il est clair que la crise qui affecte le Nigéria a de multiples facettes, mais il y en a une qui doit être traitée par le gouvernement nigérian, notre gouvernement et la communauté internationale. » […]

« Le problème posé par Boko Haram et les éleveurs peuls ne se limite pas géographiquement au Nigéria, mais il déborde sur les États voisins. Un envoyé spécial devrait pouvoir aider à la coordination de l’aide nécessaire dans toute la région. »

Source : World Watch Monitor – CH pour la traduction.