Coptic Solidarity souligne la politique incohérente des USA envers l’Égypte

Le travail mené ces dernières années par l’association Coptic Solidarity aux ÉtatsUnis, pour faire prendre conscience aux citoyens et aux représentants de ce pays de la situation insupportable des Coptes en Égypte, est remarquable et a donné du fruit abondant. Les espoirs nés de l’élection de Trump sont toutefois tempérés par un manque de cohérence de son gouvernement sur la manière de traiter de la liberté religieuse en Égypte. Coptic Solidarity en traite dans un récent communiqué.

Coptic Solidarity applaudit le gouvernement des États-Unis pour l’attention soutenue qu’il porte à liberté religieuse internationale (LRI), telle qu’on la constate dans la publication, le 15 août, de son rapport annuel.

La documentation générale et la qualité du chapitre sur l’Égypte sont excellentes.

Toutefois, des formules timorées suggèrent l’absence d’une politique cohérente envers l’Égypte au sein du gouvernement Trump.

L’absence de positions définitives sur les développements constatés au cours de l’année, est à signaler.

Le langage utilisé est moins explicite qu’auparavant, pour ce qui est de tirer des conclusions, avec le fréquent recours aux « parfois » pour décrire des scénarios réguliers en matière de persécution.

C’est probablement le fait de postes toujours non pourvus, notamment celui d’ambassadeur extraordinaire pour la LRI, depuis que l’ambassadeur Saperstein a quitté cette fonction.

Une autre raison probable est l’absence d’une politique étrangère cohérente et claire au sein du gouvernement.

Le Président Trump s’est, jusqu’à présent, concentré sur les efforts de coopération États-Unis/Égypte pour combattre le terrorisme, mais a manifesté peu d’effort pour faire pression sur l’Égypte afin qu’on y améliore la liberté religieuse et les droits de l’homme.

Le résultat visible, c’est un rapport qui signale différents incidents, mais qui omet d’en tirer des conclusions définitives. […]

L’objet premier du rapport de la LRI est de rendre compte des améliorations ou des détériorations de la liberté religieuse dans chaque pays, mais Coptic Solidarity a remarqué l’absence de nombreux incidents importants relatifs aux violations de la liberté religieuse en Égypte. […] De plus, le rapport loue les appels du Président al-Sisi à la réforme du « discours religieux », mais signale que de tels appels n’ont « parfois » pas été pris en compte par l’État.

C’est un grave euphémisme que d’omettre de mentionner que le développement de la culture de haine des salafistes-wahabites, alliés de facto du Président al-Sisi, se poursuit à un rythme soutenu avec le soutien du gouvernement. Il en résulte un manque de clarté pour une compréhension plus large de ce qui arrive aux minorités religieuses en Égypte.

Coptic Solidarity, 21 août – © CH pour la traduction.