Corée du Nord : les chrétiens en extrême précarité

La Corée du Nord est le pays où la répression des chrétiens est la plus extrême selon Portes Ouvertes. Le Père Philippe Blot, MEP, qui était cette année un des trois invités de la « Nuit des Témoins » d’Aide à l’Église en détresse, s’occupent en Chine avec courage et au péril de sa vie des Nord-Coréens, chrétiens ou non, qui fuient la dictature ubuesque et héréditaire de Pyongyang. Son témoignage prudent – on comprend pourquoi – est pathétique sur la situation de nos frères en religion et en humanité.

Un prêtre catholique français qui est en ministère auprès des réfugiés nord-coréens en Chine, a rapporté que la situation empire pour ce qu’il reste de chrétiens dans la dictature de Kim Jong-un, et il exhorte le gouvernement chinois à accorder l’asile à ceux qui fuient ce pays communiste.

Le Père Philippe Blot, prêtre des Missions Étrangères de Paris [MEP], décrit la situation qu’affrontent les réfugiés nord-coréens comme « de plus en plus dramatique », alors qu’ils fuient vers la Chine pour le pas mourir de faim […]

« Les 200 000 Nord-Coréens actuellement en Chine devraient être rapatriés de force […] Ils savent tous que si cela se produit ils y seront torturés, envoyés dans des camps et tués ».

Le prêtre déclare que des réfugiés lui ont demandé de l’aide alors qu’il exerçait son ministère dans les diocèses d’Andong et de Suwon en Corée du Sud, et qu’il est parti pour la Chine en 2010 afin d’aider à la constitution d’un réseau d’exfiltration et d’accueil.

« Quand un Nord-Coréen s’enfuit, sa famille est considérée comme “traître” et tous ses membres sont expédiés dans des camps de rééducation. Nous devons donc d’abord vérifier s’ils ont été arrêtés avant d’essayer d’aider grâce à nos contacts en Corée du Nord […] Mais ceux qui sont en Chine sont toujours dans une situation illégale et périlleuse » […]

Le culte n’est permis que dans une seule église catholique approuvée à Pyongyang, et aussi dans deux églises protestantes et une église orthodoxe. Ces églises qui demeurent ouvertes ne sont que « les façades […] d’un semblant de liberté religieuse » déclare le prêtre

UCANews– © traduction CH.