Des “élites” qui vivent hors du monde réel…

Ce qui me fascine dans la situation dans l’actualité des persécutions antichrétiennes, c’est le décalage grandissant entre les discours de la “classe parlante” (politiciens, “intellectuels” ou “grosse presse”) et la réalité.

Toute personne qui a des yeux pour voir et des oreilles pour entendre peut constater sans effort à quel point la religion chrétienne est la cible des massacres islamistes, des persécutions communistes ou des profanations de toute sorte chez nous.

Pourtant, tout se passe comme si nos “élites” continuaient à voir dans l’Église, et plus généralement dans l’ensemble des communautés chrétiennes, la principale menace contre les libertés, le cénacle des “suppôts de la Réaction”, ou le temple de la “superstition” et de “l’obscurantisme”.
C’était déjà absurde en 1905, quand les laïcistes persécutaient les chrétiens, les spoliaient et condamnaient leurs prêtres à l’exil.
Mais que dire aujourd’hui ?

C’est à croire que MM. Hollande, Valls et leurs amis ne lisent pas les journaux et ne regardent pas internet !
Aussi curieux que cela puisse leur paraître, aussi éloigné que cela soit de leur “logiciel” et de leur compréhension du monde, force est de constater que la religion chrétienne est, de loin, la plus persécutée dans le monde. Et aussi en France.

Pardon, amis lecteurs, de radoter ! Mais il faut le dire sur tous les tons de la gamme : oui, dans le monde, la religion chrétienne est la plus persécutée. L’Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe (OSCE) estime qu’en moyenne, un chrétien est tué toutes les 5 minutes pour sa foi dans le monde.
Mais, en France même, regardez combien d’églises, de cimetières ou de calvaires sont profanés chaque mois !

Décidément, il est temps que nos dirigeants quittent enfin leur radical-socialisme poussiéreux et ouvrent les yeux sur les réalités du monde contemporain !
En abandonnant leur combat suranné contre un adversaire fantasmatique, peut-être pourront-ils s’attaquer enfin aux vrais problèmes de nos sociétés et défendre les vraies victimes…

Guillaume de Thieulloy