Égypte : le monastère Sainte-Catherine fermé par les autorités

Évidemment, la raison invoquée par les autorités pour cette fermeture n’a que peu à voir avec une prétendue amélioration de l’environnement de ce site historique qui drainait de nombreux touristes dans le passé. De tels travaux peuvent se réaliser à tout moment de l’année mais évidemment pas pour les fêtes de Noël qui voient d’innombrables Coptes s’y rendre. C’est bien sûr pour des raisons sécuritaires: les autorités étant très loin d’avoir réglé la question du terrorisme islamiste dans le Sinaï…

Les autorités locales ont décidé de fermer le monastère Sainte-Catherine dans la péninsule du Sinaï, classé au patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco, les 5 et 6 janvier, période où les liturgies de Noël sont célébrées selon le calendrier copte orthodoxe.
La direction générale de la police touristique a, en outre, ordonné aux sociétés de tourisme de ne pas organiser de services de cars vers ce monastère historique.


Bien que la raison officiellement avancée pour la fermeture du site et l’annulation des célébrations de Noël soit « la mise au point d’un plan pour le développement de la zone environnante, comme il sied à un site classé au patrimoine mondial de l’humanité », on croit comprendre que l’ordre a été décrété en tant que mesure de sécurité préventive contre des actions terroristes islamistes visant le site et les touristes étrangers qui pourraient le visiter pendant les fêtes de Noël.
Construit au milieu du Ve siècle, le monastère Sainte-Catherine est l’un des plus anciens monastères au monde, il possède en outre la plus ancienne bibliothèque jamais ouverte et toujours en activité, qui est riche de nombreux précieux manuscrits.
Bien qu’il soit protégé par de hauts murs très épais, ce site chrétien connaît des menaces terroristes croissantes du fait, notamment, que la péninsule du Sinaï est un foyer d’activité djihadiste et que les chrétiens coptes y sont souvent attaqués et parfois tués.
Le monastère a été pris pour cible en avril dernier quand des inconnus armés ont ouvert le feu sur des policiers d’un poste de contrôle qui le protège : un policier avait été tué et quatre autres blessés. L’État Islamique avait ultérieurement revendiqué l’attaque.

Coptic Solidarity (Raymond Ibrahim), 5 janvier – CH pour la traduction.