Égypte : les chrétiens discriminés jusque dans le sport

Les chrétiens sont discriminés dans tous les aspects de la vie sociale, culturelle ou économique en Égypte. Ce n’est pas à proprement parler une information… Mais cette discrimination s’applique aussi là où, vraiment, on ne l’attendrait pas : le sport !

Une « discrimination systématique » empêche les chrétiens coptes de participer au sport professionnel en Égypte, selon un article de fond du site égyptien MadaMasr : « Les Coptes et le sport national en Égypte. On vous rappellera. »

Bien que les Coptes constituent environ 10 % de la population égyptienne, aucun des 122 athlè-tes qui ont concouru en 2016 lors des Jeux olympiques n’était Copte. Coptic Solidarity a porté plainte auprès du Comité international olympique et a déclaré que l’absence des Coptes était « le produit d’une discrimination profondément enracinée qui existe dans l’administration de l’athlétisme et du football en Égypte, et plus globalement dans la société égyptienne ».

Il n’y a eu qu’un seul footballeur copte célèbre, signale MadaMasr : ce fut Hany Ramzy dont le nom est mentionné à chaque fois qu’il y a une plainte sur la discrimination des Coptes. Mais il fut « l’exception qui confirme la règle » selon le blogue The Turbulent World of Middle East Soccer [le monde agité du foot au Moyen-Orient].
« Il n’y a jamais eu un seul autre joueur chrétien dans l’équipe nationale [et] très peu dans les équipes locales », remarque MadaMasr.

« Nous affrontons la discrimination à tous les niveaux » déclare le Copte Mina Milad. « Le football est un sport populaire et il est largement estimé que les Coptes ne doivent pas obtenir la célébrité et la richesse qui accompagnent les joueurs qui ont du succès. Nous sommes toujours affrontés à des entraîneurs qui sont des extrémistes. Et ce n’est pas limité aux petits clubs : c’est pareil dans les grands. »

Un autre Copte, Andrew Rafaat, déclare : « J’ai totalement perdu l’espoir de jouer dans un des principaux clubs sportifs en Égypte. Si je veux jouer, il n’y a pas d’autre choix que les activités sportives de l’Église […] et elles n’attirent que rarement l’attention des médias. »

Remon Zakhry, un footballeur copte qui joue dans une petite équipe d’Assiout, en Haute-Égypte, se souvient du jour où il faillit être pris dans le club de deuxième division El Gouna FC.

« Lors de l’entretien pour signer mon contrat, j’étais assis en face d’Ismail Youssef, l’entraîneur du club. Je lui présentai ma carte d’identité pour compléter le contrat et Youssef vit mon nom. Il fut surpris d’apprendre que Remon était mon vrai nom et pas un surnom. Il me rendit ma carte d’identité et quitta la pièce.

L’entrepreneur qui avait assisté à la réunion, me dit plus tard que Youssef n’aimait pas travailler avec les chrétiens » (MadaMasr signale que Youssef « a nié toute discrimination contre Zakhry […] et il a déclaré qu’habituellement les joueurs utilisaient le motif de la discrimination religieuse pour dissimuler leur manque de talent »).

« Les chrétiens ne jouent pas au football en Égypte, déclare Zakhry. C’est la première chose que j’entends toujours à chaque fois que je postule pour jouer dans un club de football. »

World Watch Monitor, 24 juillet – © CH pour la traduction.