« En Europe aussi, les chrétiens sont persécutés ! »

Monseigneur Nicolas Sawaf est l’archevêque grec-melkite catholique de Lattaquié, en Syrie.

Qu’est ce qui est le plus douloureux pour vous dans cette guerre ?

C’est évidemment la fuite des Syriens en général et de nos fidèles en particulier.

La guerre suffit-elle à expliquer ces départs ?

De manière générale, oui. Même s’il existait un peu d’émigration avant la guerre, elle était anecdotique. Certains jeunes partaient déjà pour trouver du travail à l’étranger, mais rien de comparable. Il y a plusieurs raisons à cette émigration. D’abord, l’ouverture des frontières par les pays occidentaux qui encourage dramatiquement les gens à partir. Il existe également le problème des jeunes Syriens qui fuient pour échapper au service militaire…

Pourquoi fuient-ils le service militaire ? Qui défendra la Syrie sinon eux ?

C’est évidemment une grande question… Beaucoup de jeunes ne voient plus leur pays ; ils ne se préoccupent que de leur vie. Chaque jour, des dizaines de soldats Syriens donnent leur vie, et la jeunesse ne veut plus mourir contre ces djihadistes souvent étrangers.

Que dire aux chrétiens qui fuient le service pourtant indispensable pour le pays ?

Je dois leur parler avec force et douceur ; ils sont libres et je ne peux les obliger en rien. Tous les fidèles du monde le rappellent régulièrement à leurs prêtres et évêques d’ailleurs ! Se battre est parfois nécessaire, mais pour défendre quoi ? Voilà la question qui résonne dans la tête de beaucoup de nos jeunes fidèles.

Que craignez-vous pour ces fidèles qui partent ?

Qu’ils perdent la foi au contact d’un Occident si déchristianisé ! Ici, comme dans tout l’Orient, nous grandissons dans une ambiance religieuse, alors que le matérialisme des sociétés occidentales est un immense danger pour les âmes. Le désert spirituel de l’Europe est parfois terrifiant… Il explique d’ailleurs pourquoi certains Français de souche rejoignent même les rangs de l’État islamique : ils y ont trouvé une cause, et le relativisme les a empêchés de discerner sur la bonté ou non de cette cause. Et puis soyons honnêtes jusqu’au bout, l’Europe n’est pas un havre de paix si parfait : si la persécution des chrétiens est visible ici, elle n’est pas moins réelle chez vous.

C’est-à-dire ?

Les situations sont incomparables, mais il existe en Europe et dans les pays occidentaux une réelle persécution à l’égard des chrétiens. Quand on interdit les croix dans les écoles ou les hôpitaux, que l’on impose la théorie du genre, que l’on ne fête plus un « joyeux Noël », c’est une forme de persécution. Elle est religieuse, mais elle est surtout contre l’Homme. On retrouve bien l’aspiration de l’idéologie maçonnique : tuer l’Homme pour le récupérer. Mais gardons l’espérance. L’histoire du christianisme est liée à celle de la persécution des chrétiens. Pour avoir la résurrection, il nous faut passer par la Croix. Il ne faut surtout pas chercher le martyre, mais s’y attendre et s’y préparer oui.