États-Unis : Obama insulte les chrétiens

Tentant de détourner la culpabilité qui s’attache à des musulmans cinglés, le Président Obama a déclaré : « Sauf à monter sur nos grands chevaux en pensant que ce sont des choses qui ne se passent qu’ailleurs, souvenons-nous qu’au cours des Croisades et pendant l’Inquisition, des gens ont commis des faits terribles au nom du Christ. »

L’ignorance d’Obama est stupéfiante et sa comparaison pernicieuse.

Les Croisades furent, au Moyen Âge, une réaction défensive des chrétiens contre des musulmans cinglés.

Voici comment Bernard Lewis, universitaire à Princeton et spécialiste de l’islam, le dit : « De nos jours, les Croisades sont souvent qualifiées de prototype d’un expansionnisme impérialiste, préfigurant [ce que feront] les pays européens modernes. Pour les gens de l’époque, chrétiens et musulmans, ce n’était pas le cas. »

Alors, qu’était-ce ? La Croisade fut une réponse tardive au djihad, la guerre sainte pour l’islam, et son objet était de récupérer par la guerre ce qui avait été perdu par la guerre, libérer les lieux saints de la chrétienté et les rendre de nouveau accessibles, sans risques, aux pèlerinages chrétiens.

Pour ce qui est de l’autre fable, l’Inquisition, l’Église catholique n’a quasiment rien à voir avec elle. L’Église catholique considérait les hérétiques comme des brebis perdues qu’il fallait ramener au bercail. Par contre, les autorités séculières considéraient l’hérésie comme une trahison : quiconque remettait en cause l’autorité roya­le ou qui contestait l’idée que la royauté et donnée par Dieu, était coupable d’un crime capital.

Ce furent elles, et non pas l’Église, qui brûlèrent des hérétiques.

En vérité, les autorités séculières critiquèrent vivement l’Église pour son faible rôle dans l’Inquisition.

Selon Thomas Madden, un universitaire spécialiste de la Croi­sade à la St. Louis University, « toutes les Croisades ont corres­pondu aux critères de la guerre juste ».

Parmi toutes les atrocités commises par l’EIIL [État Islamique en Irak et au Levant], M. le Président, combien correspondent aux critères de la guerre juste ? Celles qui ont consisté à enterrer des gens vivants, à lapider des enfants, à violer des femmes, à crucifier des hommes ?

En outre, et selon Henry Kamen, une autorité de premier plan sur l’Inquisition, 1 394 personnes perdirent la vie à cause d’elle pendant tout le temps où elle s’appliqua. Aujourd’hui, ces musulmans cinglés en tuent plus en quelques mois.

Le Président devrait présenter des excuses pour cette comparaison insultante.

 

Source : Catholique League © CH pour la traduction