États-Unis : un “deux poids, deux mesures” du département d’État ?

Les rapides efforts de [Rex] Tillerson [secrétaire d’État] pour aider les Rohingyas, prouvent que le département d’État est capable d’une réaction rapide quand il s’agit d’une aide humanitaire à un groupe minoritaire menacé.

Le site conservateur The Washington Free Beacon vient de dénoncer un deux poids deux mesures du département d’État. Au début de l’année, le Congrès des États-Unis a voté une aide de 1,4 milliard de US$ pour les minorités religieuses persécutées en Irak, et notamment pour les chrétiens. Aucune d’elles ne semble avoir reçu le moindre dollar depuis. Les musulmans rohingyas bénéficient, eux, d’une réaction plus rapide du département d’État…

Des militants des droits de l’homme et des organisations catholiques s’interrogent sur l’attitude du département d’État qui semble encore réticent à envoyer les fonds que le Congrès a votés pour aider les chrétiens, les Yézidis et les autres minorités religieuses persécutées en Irak, alors qu’il s’est empressé, cette semaine, de faire parvenir 32 millions de US$ d’aide à un groupe majoritairement musulman fuyant la violence en Birmanie [Myanmar].

Le département d’État a annoncé jeudi [21 septembre] qu’il allait fournir une aide humanitaire d’un montant de 32 millions de US$ au Rohingyas, un groupe minoritaire persécuté en Birmanie et essentiellement composé de musulmans […].

Les rapides efforts de [Rex] Tillerson [secrétaire d’État] pour aider les Rohingyas, prouvent que le département d’État est capable d’une réaction rapide quand il s’agit d’une aide humanitaire à un groupe minoritaire menacé.

Toutefois, des critiques remarquent qu’une réaction aussi rapide contraste avec l’attitude du département d’État qui traîne des pieds quand il s’agit d’envoyer des fonds aux Yazidis, aux chrétiens et à d’autres groupes religieux minoritaires qui affrontent un génocide en Irak […]

Les législateurs qui ont voté la loi accordant ces fonds, mais aussi des militants des droits de l’homme et des organisations humanitaires catholiques, ont été encouragés par la déclaration de Tillerson reconnaissant le génocide, mais disent qu’une telle déclaration n’a rien changé de la situation sur le terrain.

Les Yazidis et les chrétiens n’ont toujours pas touché l’argent qui leur est nécessaire pour les aider à reconstruire leurs vies et leurs communautés dans la province de la plaine de Ninive, au nord de l’Irak, où ils se sont développés depuis des milliers d’années.


The Washington Free Beacon, 25 septembre – traduction CH.