Femen : Toujours le “deux poids, deux mesures”…

EDS NOTE NUDITY - Activists of the Women's Movement FEMEN, sound one of the bells ordered for the cathedral's 850th birthday, in Notre Dame Cathedral, Paris, in protest against Pope Benedict XVI who announced his resignation yesterday, in Paris, Tuesday, Feb. 12, 2013. (AP Photo/Michel Euler)

Le 17 septembre 2014, deux épouses de gendarmes ont été condamnées à neuf mois de prison pour avoir profané une mosquée à Mayotte en déposant devant l’édifice une tête de porc.

Le 29 octobre 2015, les Femen, qui avaient commis un véritable attentat symbolique dans la cathédrale Notre-Dame de Paris, au cœur de la capitale française, ont été jugées non coupables et relaxées.

Les juges de ce gouvernement socialiste nihiliste et antichrétien leur ont donné un véritable blanc-seing pour commettre, à nouveau, de telles actions qui leur assure d’ailleurs une visibilité sans pareil.

Elles vont donc sans nul doute recommencer ce qu’elles ont d’ailleurs déjà annoncé, et les chrétiens seront à nouveau piétinés dans leurs convictions religieuses les plus profondes, que ce gouvernement ne respecte manifestement plus. Plus exactement, il ne les respecte que dans le cas de convictions religieuses “exogènes”, qui ont droit à tous les égards de la justice.

Ce “deux poids, deux mesures” recouvre une réalité idéologique bien plus inquiétante : que cela soit ou non volontaire, il s’agit d’une véritable discrimination institutionnelle, d’une sorte de persécution d’État (pour le moment, Dieu merci, non violente), qui vise à terroriser les chrétiens (au sens premier de politique de la Terreur qui, en 1793, visait à “régénérer” les Français pour en faire de “bons citoyens”) et à piétiner leurs convictions religieuses profondes…

En attendant, avec ce “deux poids, deux mesures”, c’est la justice qu’on assassine dans notre malheureux pays, qui se targuait naguère d’avoir appris au monde l’égale dignité de toute personne humaine !

Vivien Hoch