Haine antichrétienne : Du mépris au massacre

Le 22 avril, nous apprenions du mi¬nistè¬re de l’In¬térieur qu’un isla¬miste s’ap¬prêtait à perpétrer un attentat dans une église de Villejuif.
Et, comme pour donner da¬vantage de force à cette information, nous apprenions en même temps que l’apprenti terroriste avait assassiné une jeune mère de famille, dans le cadre de la préparation de son attentat.

Ces nouvelles terribles viennent nous rappeler avec vigueur les avertissements prophétiques de tant de prélats orientaux, qui nous disaient que ce qu’ils subissaient pourrait bien nous arriver rapidement.

Naturellement, comparaison n’est pas raison. Mais il est évident que le prétendu “califat” a des visées universelles et des “soldats” sur la planète entière.
On voit mal pourquoi la France serait seule épargnée. D’autant que la France demeure, malgré l’apostasie de ses dirigeants, la Fille aînée de l’Église et que le “califat”, avide de victoires symboliques, ne peut manquer de la viser – tout comme il vise, tout à fait expli¬citement, La Mecque et le Vatican.

En un mot, ces nouvelles terribles nous ont rappelé que le sort des chrétiens d’Orient et celui des chrétiens d’Occident étaient indissolublement liés.
Et ces nouvelles terribles nous ont aussi rappelé que du mépris à l’insulte et de l’insulte au massacre, il n’y avait qu’un pas. D’où la nécessité de combattre la haine antichrétienne partout où elle se manifeste, que ce soit en France ou au Moyen-Orient !

Guillaume de Thieulloy