« Ils sont morts parce qu’ils ont suivi le Christ jusqu’au bout… »

Quel était le but de votre rassemblement devant Notre-Dame de Paris, dimanche 22février?

Cette histoire m’a bouleversé et nous voulions rendre hommage à ces 21 martyrs. Nous dénoncions évidemment les assassins, mais nous voulions surtout saluer leur foi : ils auraient pu avoir la vie sauve s’ils avaient renié leur foi, ils ont choisi de suivre le Christ jusqu’au bout. Leur manière de prononcer le nom du Christ avant de mourir, leur visage illuminé et non déformé par la peur : ce témoignage chrétien surpasse de loin l’infamie de leurs bourreaux.

Avec eux, il y avait un jeune Soudanais musulman. Après deux mois passés en détention, ce dernier a refusé de les quitter parce qu’il a vu que leur message chrétien était juste. Leur témoignage a poussé cet homme à accepter le martyre avec eux… Quelle beauté que cette conversion de dernier moment !

 

Quelle est la situation actuelle pour les coptes en Égypte?

La situation ne s’est pas améliorée concrètement pour les coptes, mais le président Abdel Fattah al-Sissi laisse un espoir : il dit des choses très différentes de ce que l’on a pu entendre auparavant en Égypte. Il sait que les coptes l’ont soutenu contre les frères musulmans, mais il n’arrive pas à mettre en pratique une véritable égalité entre les Égyptiens coptes et musulmans dans le pays. Beaucoup de postes sont encore inaccessibles aux chrétiens dans le pays, notamment les postes clés de l’État. J’ai été très choqué, il y a trois semaines, parce que le général Sissi a nommé les gouverneurs du pays et il n’y a pas un seul copte, alors que nous en avions toujours eu au moins un ! Certains affirment que c’est pour acheter la paix avec Al-Azhar ou avec les islamistes…

Mais le président a, par ailleurs, posé des gestes remarquables : sa visite à la cathédrale copte orthodoxe le jour de Noël, le fait qu’il présente ses condoléances en personne au pape copte après la mort de ces 21 martyrs, ou ses attaques immé­diates contre les bases de l’État Islamique en Libye…

Ces gestes sont forts, mais la situation des coptes reste fragile dans le pays.

 

Et que dire du silence de la France sur l’appartenance chrétienne de ces 21 martyrs?

C’est une honte ! Ce communiqué de l’Élysée, qui ne mentionne pas le fait que ces 21 Égyptiens sont morts parce qu’ils étaient chrétiens, est scandaleux, mais cela ne nous étonne plus. Dès le début de la révolution en Égypte, les Occidentaux ont pris position pour les islamistes. Ce silence de la France montre bien qu’elle n’a pas changé d’alliés : c’est sans doute pour ne pas gêner l’Arabie Saoudite ou le Qatar, qui investissent tant d’argent en France, que les gouvernants se taisent. Nous savons que nous ne pouvons plus compter, nous chrétiens, sur le gouvernement français. Nous comptons sur les Français de bonne volonté, sur les chrétiens Français qui sont un formidable soutien ; plus jamais sur le gouvernement.

 

Interview de Sobhy Gress, vice-président de l’association Solidarité Copte