Interview de Valérie Boyer

1° Vu ce qu’il s’est passé dans le monde musulman, et notamment dans les pays où les chrétiens ont été pris pour cible, comme au Niger, est-ce que la publication du dernier Charlie Hebdo a été responsable ? 

 

Je ne peux pas cautionner ce genre de chose, mais en France, il n’existe pas de délit de blasphème. Il ne faut donc pas tout confondre. En France, si quelqu’un se sent offensé, il existe des droits de réponse et des tribunaux. On ne tue  pas pour un dessin , même une caricature !

Au plan international, on observe hélas depuis plusieurs, années  que les islamistes n’ont pas attendu la Une de Charlie Hebdo pour massacrer des chrétiens. Rappelons que les chrétiens sont les personnes les plus persécutées sur la surface du globe.

 

2° Avez-vous été « Charlie » pendant la « marche républicaine » ? 

 

La plupart des Français que j’ai rencontré pendant la « marche républicaine » ne savaient pas exactement ce qu’était Charlie Hebdo. J’ai moi-même défilé, non parce que je cautionne la ligne éditoriale de Charlie Hebdo, mais simplement parce que je suis Française et attachée à la liberté comme à la fraternité. D’ailleurs, auraient-on défilé dans la rue si c’était arrivé à Valeurs Actuelles, par exemple ? On peut s’interroger mais quoi qu’il en soit rien ne justifie la barbarie de ces assassinats.

 

3° Vivons-nous une situation d’apartheid ? 

 

Je m’offusque des propos extrêmement choquants de Manuel Valls, sur la forme et sur le fond. Essaye-t-il par là de donner une excuse sur ce qu’il s’est passé ? Manuel Valls a directement incriminé la France avec ces propos ! Nous sommes aujourd’hui confronté à un constat : il y a un véritable problème sociologique et culturel qui traverse la France.

Mais mon pays, il accueille, il soigne, il éduque et permet à tous hommes ; comme femmes  de disposer de leurs libertés, la France ce n’est en aucun cas le racisme d’Etat.

 

4° Que pensez-vous de la christianophobie en France ? 

 

Le terme « christianophobie » me semble inapproprié. Je me joins à Alain Finkielkraut, lorsqu’il rappelle que la « phobie », c’est la peur.  Aujourd’hui, a-t-on peur des islamistes, des djihadistes ? Oui. Mais a-t-on peur des chrétiens ? Non ni en France ni dans le monde d’ailleurs, je préfère parler de « christiano-mépris » .

 

En France, il est évident que les chrétiens sont ignorés voire méprisés par le gouvernement. Ainsi lorsque François Hollande affirme qu’il faut être intraitable envers les actes antisémites et antimusulmans  il a raison mais pourquoi omet-il toujours les actes anti-chrétiens ? Le Président ne peut plus être dans le déni vis-à-vis d’une grande partie des Français. Il est même parvenu le 28 janvier au diner du CCAF a prononcer un discours évoquant le génocide des arméniens en 1915 sans prononcer le mot “chrétien”. Plus que d’un déni, il s’agit d’un mépris, d’une mise à l’écart.

 

Actuellement, les derniers chiffres dont je dispose sur les actes antichrétiens recensés en France datent de 2011. Ils révèlent que les profanations de lieux de culte et de cimetières concernent majoritairement des lieux chrétiens (308 églises et 214 cimetières en 2010, des chiffres en augmentation de 33 % par rapport à 2009). Je questionnerai l’Assemblée Nationale sur ce thème après la sortie d’un rapport plus récent sur les actes antichrétiens en France. Je souhaite m’appuyer sur des chiffres ( même si à ce stade j’ignore la façon dont ils ont été collectés).