Irak : statistiques sur les chrétiens déplacés

Un article de The Christian Post vient d’apporter des statistiques d’intérêt sur le nombre des chrétiens encore déplacés ou réfugiés et sur ceux qui ont enfin pu rentrer chez eux. Ce sont des précisions qu’on trouve rarement dans la presse. En voici des passages saillants.

Bien que voici déjà plusieurs mois que l’État Islamique a été chassé des villes de l’Irak autrefois peuplées de chrétiens, environ 80 000 d’entre eux ne sont toujours pas rentrés chez eux et demeurent des déplacés internes dans le pays, alors que l’hiver arrive, selon une humanitaire assyrienne connue.

Juliana Taimoorazy, chrétienne assyrienne qui a fondé l’Iraqi Christian Relief Council et est associée principale du Philos Project, a déclaré dans un entretien à The Christian Post que 50 000 chrétiens étaient rentrés dans leurs foyers de la plaine de Ninive, en Irak, désormais que la région a été libérée de l’État Islamique. […]

Elle a toutefois averti que la plupart des chrétiens qui avaient été chassés de leurs maisons et trouvé un abri dans des camps de déplacés au nord de l’Irak, ne sont toujours pas retournés chez eux, car ils attendaient de l’aide pour reconstruire leurs maisons, leurs villages et leurs églises détruits.

« Dans toute la plaine de Ninive, il y a environ 50 000 personnes qui sont rentrées chez elle », déclare Taimoorazy, ajoutant que le nombre de chrétiens déplacés par l’occupation de l’État Islamique en 2014, se situait entre 150 et 180 000.

« Beaucoup ont quitté l’Irak. Ils sont partis pour la Turquie. Ils sont partis pour le Liban. Ils sont partis pour la Jordanie. Le nombre de chrétiens en Turquie est d’environ 45 000.

En Jordanie, d’environ 20 000. Dans le nord de l’Irak, on pourrait parler d’au moins 80 000 à 100 000 déplacés. »

Taimoorazy ajoute : « Bien que ce ne soit pas des chiffres officiels, puisqu’il n’y a aucun moyen de faire le compte de ces gens en l’absence d’outils de recensement, ces chiffres ont été fournis à l’Iraqi Christian Relief Council par différentes organisations humanitaires et des responsables irakiens. » […]

Taimoorazy a confié à The Christian Post que son organisation avait reconstruit au moins 20 maisons à Bakhdida (également connue sous le nom de Qaraqosh), une ville qui fut le foyer de 50 000 chrétiens.

Selon Taimoorazy, au moins 26 000 chrétiens seraient revenus dans cette ville après que l’État Islamique en fut chassé à la fin de 2016 […]

La ville a été protégée par la seule milice chrétienne reconnue par le gouvernement de Bagdad : les Unités de protection de la plaine de Ninive (NPU).

Taimoorazy a déclaré que c’étaient les NPU qui ont aidé les Forces de sécurité irakiennes à libérer des villes comme Bakhdida et Bartella.
Bien que plus de 50 000 chrétiens soient revenus dans cette région, il reste encore beaucoup de travail à accomplir pour permettre aux autres chrétiens déplacés de pouvoir rentrer un jour dans leurs villages.

The Christian Post, 19 décembre – © CH pour la traduction.