Iran : le VEVAK met en danger la vie d’une prisonnière chrétienne

La condamnation de la chrétienne Maryam Naghash Zargaran fut inique. Emprisonnée et gravement malade, l’obstination du VEVAK est tout simplement criminelle (voir Christianophobie Hebdo n° 75 et n° 79). La vie même de la prisonnière est désormais en danger selon le dernier communiqué de l’ONG britannique Middle East Concern (MEC). En voici la traduction.

Un tribunal iranien a, à la demande du ministère du Renseignement et de la sécurité nationale (VEVAK), refusé la libération inconditionnelle de la prisonnière chrétienne Maryam Naghash Zargaran.

Maryam, qui avait obtenu un congé médical en juin 2016, en raison de toute une série de problèmes de santé, avait dû regagner la prison d’Evin pour finir d’y purger une peine de prison de quatre ans pour « agissements contre la sécurité nationale ».

Maryam avait déjà été arrêtée en janvier 2013 en relation avec son travail dans un orphelinat avec l’ancien prisonnier chrétien [le pasteur] Saeed Abedini.

Le 5 juillet 2016, Maryam a entamé une grève de la faim pour exiger sa « libération immédiate et inconditionnelle » en raison des traitements inadaptés à ses problèmes de santé. Les responsables de la prison ont examiné Maryam le 20 juillet et fourni un compte rendu médical confirmant le caractère grave de son état de santé.

Il est rapporté que la demande de Maryam a été étudiée mais repoussée par un tribunal iranien au motif que le VEVAK refusait qu’on la libère.

Après 20 jours de grève de la faim, l’état de santé de Maryam se détériore, ce qui est une cause de préoccupation pour sa famille et ses amis. L’équipe médicale de la prison a déclaré que sa tension artérielle était très faible, elle manifeste des douleurs et une insensibilité aux pieds ce qui pourrait constituer des symptômes préliminaires d’une sclérose en plaques. Elle souffre également psychologiquement, conséquence de son incarcération.

Source : MEC – CH pour la traduction.