La haine antichrétienne et le rejet de toute vérité

Nous parlons souvent, dans ces colonnes, du “deux poids, deux mesures” qui caractérise le comportement du gouvernement actuel.

Mais ce “deux poids, deux mesures” vient d’un autre travers de “nos chers dirigeants” : une inversion radicale de l’échelle des valeurs. Avec eux, le bien est appelé mal et inversement ; on fustige la victime plutôt que le bourreau…

Cette inversion, cet attachement à la novlangue de la propagande (souvenez-nous de 1984, le roman de George Orwell, et de son fameux slogan : “La liberté, c’est l’esclavage”…), sont exactement proportionnels à la haine antichrétienne de nos oligarques.

Refusant, détestant, la vérité apportée par le Verbe incarné que nous venons de fêter, ils en viennent à rejeter toute vérité.

L’origine de leur “deux poids, deux mesures” n’est pas à chercher ailleurs. Et tout ce qui peut les aider à “écraser l’Infâme”, comme disait Voltaire y compris l’islam radical – sera le bienvenu.

Mais, aveuglés par le Prince du mensonge, ils ne voient même pas que, ce faisant, ce n’est pas la tombe du Christ qu’ils creusent cette tâche serait bien au-dessus de leurs forces, mais c’est la leur… Quant à nous, rappelons sans cesse, opportune, importune, la Vérité et prions Dieu qu’il ouvre les yeux de ces aveugles trop souvent volontaires !

Guillaume de Thieulloy
gdethieulloy@christianophobie.fr