La mort (peu) mystérieuse d’un pasteur dans le Tamil Nadu

Un pasteur pentecôtiste retrouvé mort et pendu au toit de sa maison dans un village du Tamil Nadu en Inde. L’enquête, si elle est bien menée, nous expliquera peut-être comment on peut se suicider en se pendant tout en ayant les genoux traînant à terre… L’Inde est décidément une terre de mystères…

Le Révérend Gideon Periyaswamy (photo) avait 43 ans et dirigeait l’église Maknayeem dans le village d’Adayachery.
Sa mort est un mystère suscité par le fait qu’il y a tout juste une semaine, il avait porté plainte contre des groupes extrémistes hindous.
Des fidèles évoquent un assassinat qu’on a tenté de faire passer pour un suicide.


Sajan K. George, président du Global Council of Indian Christians, a déclaré à AsiaNews que les circonstances qui entourent la mort du pasteur « sont étranges », et il souligne que les contradictions exigent « une enquête approfondie, tout particulièrement à la lumière des menaces reçues dans le passé ».
Le pasteur a été trouvé pendu à une corde le 20 janvier, vers 5 heures du matin, par Indira et Regina, deux chrétiennes membre de la communauté, qui étaient venues à l’église pour la nettoyer.
Les femmes ont rapporté que le corps du Révérend Periyaswamy était curieusement pendu puisque ses genoux touchaient le sol.
En outre, quand la police est arrivée et a coupé le nœud autour du cou, on a découvert une coupure sous sa gorge et un important caillot de sang.
Des témoins locaux prétendent que la mort est due à des désaccords avec des extrémistes locaux qui l’humiliaient et l’harcelaient depuis des années.
« Mais, se souvient un fidèle, il nous disait que nous devions vivre en paix avec nos voisins et ne pas donner motif à des désaccords. »
Le pasteur s’était converti de l’hindouisme voici 25 ans et dirigeait l’église d’Adayachery depuis 12 ans. Le Révérend Reuben, un ami du défunt, a signalé que « les hindous locaux étaient mécontents de la progression du nombre de croyants chrétiens ». Malgré les menaces de mort qu’il avait reçues, le pasteur répétait souvent : « Je n’ai pas de problèmes. Si le Seigneur me l’autorise, je mourrai martyr, mais son ministère ne cessera jamais. »

AsiaNews, 22 janvier – CH pour la traduction.