Le Parlement européen condamne l’État islamique et soutient les chrétiens d’Orient

Le Parlement européen, […]

  1. est consterné et attristé par les exactions de Daech contre les Assyriens de Syrie et les Coptes de Libye et condamne dans les termes les plus vifs ces actes […] ; exprime sa solidarité envers les familles des victimes et envers la communauté chrétienne assyrienn­e de Syrie et la communauté copte d’Égypte, ainsi qu’envers tous les autres groupes ou personnes touchés par la violence de Daech ;
  2. condamne vigoureusement Daech et ses violations carac­térisées des droits de l’homme qui équivalent à des crimes contre l’humanité et des crimes de guerre […] et qu’il serait possible de qualifier de génocide ; est particulièrement inquiet que ce groupe terroriste vise délibérément les communautés chrétien­nes, yézidies, turkmènes, chiites, chabaks, sabéennes, kaka’e et sunnites qui refusent son interprétation de l’islam et qu’il tente ainsi d’exterminer les minorités religieuses dans les régions qu’il contrôle ; fait observer que les auteurs de ces actes ne sau­raient restés impunis et qu’ils doi­vent être traduits devant la Cour pénale internationale (CPI) ; en profite pour rappeler que l’enlèvement des évêques Yohanna Ibrahim et Paul Yazigi par des rebelles armés dans la province syrienne d’Alep le 22 avril 2013 n’a toujours pas été tiré au clair ;
  3. condamne par ailleurs les tentatives de Daech d’exporter son idéologie extrémiste et totalitaire, ainsi que la violence, dans d’autres pays de la région sans toutefois s’y limiter ;
  4. soutient les efforts déployés contre Daech par la commu­nauté internationale, […] ;
  5. appelle la coalition internationale à s’engager plus avant pour éviter l’enlèvement des minorités, telles que les centaines de chrétiens assyriens dans le nord de la Syrie ; souligne l’importance de garantir un refuge pour les Chaldéens, Assyriens, Syriaques et autres populations exposées des plaines de Ninive, en Irak, une région où de nombreuses minorités ethniques et religieuses sont historiquement établies et cohabitent pacifiquement ; […]
  6. invite instamment l’Union et ses États membres, ainsi que les partenaires de l’OTAN, à se pencher sur le rôle ambivalent de certains pays dans le conflit, notamment quand ils contribuent ou continuent de contribuer, activement ou passivement, à la montée en force de ­Daech et de divers autres groupes extrémistes ; s’inquiète particulièrement dans ce contexte du financement de la diffusion de l’interprétation wahhabite de l’islam par les organismes publics et privés de pays du Golfe […] ; invite par ailleurs ces pays à mettre fin au financement des organisations terroristes opérant depuis leur territoire ; demande à la Turquie de jouer un rôle positif dans la lutte contre Daech et de permettre sans plus attendre aux minorités chrétiennes et aux diverses populations persécutées de fuir la Syrie en traversant la frontière turque pour y chercher refuge ; […]
  7. se montre préoccupé par les informations indiquant que les minorités chrétiennes n’ont pas accès aux camps de réfugiés de la région car ils seraient trop dangereux pour eux ; demande que l’Union veille à ce que son aide au développement cible l’ensemble des minorités déplacées par le conflit ; exhorte l’Union à utiliser l’expérience et les réseaux en place des Églises locales et régionales, ainsi que les organisations confessionnelles internationales de secours pour fournir un appui financier ou autre, afin que l’ensemble des minorités puisse bénéficier de […]l’aide européenne […].