Le réveil de l’esprit de croisade ?

Timidement, l’esprit de croisade resurgit sous nos yeux.

Pendant des siècles, les musulmans ont désigné les chrétiens comme des “roumis” et des “croisés”.

Ils nous montraient que nos controverses théologiques n’avaient guère d’importance à leurs yeux : même un chrétien séparé de Rome était supposé être un “roumi”. Ils nous montraient également que nous resterions tou­jours l’ennemi de jadis.

Et cela, pour une raison simple : l’islam est fondamentalement un refus de l’altérité. C’est évident dans le rejet haineux de la foi trinitaire, grossièrement assimilée à un poly­théisme.

Mais ce rejet de l’altérité est également très net dans le refus radical de toute présence chrétienne en “terre d’islam”.

De notre côté, nous avions largement abandonné “l’esprit de croisade” que des politiciens et des historiens dévoyés nous présentaient comme une guerre d’agression, alors que les croisades n’ont rien été d’autre qu’une réaction de défense et de protection des chrétiens persécutés.

Pour la première fois depuis des siècles – au moins dans l’Église latine, car les Églises orientales, plus exposées, ont gardé plus longtemps ce réflexe de défense –, nous entendons des appels à protéger militairement nos frères chrétiens. Plus étrange encore, ces appels sont désormais bénis par certains évêques orientaux. Ainsi, les barbares de l’État islamique auraient-ils réussi le tour de force de réveiller l’esprit de croisade dans notre Occident apostat ?

Guillaume de Thieulloy

gdethieulloy@christianophobie.fr