Les chrétiens, variable d’ajustement des relations internationales

Les hasards du calendrier font que la Russie a commencé ses frappes en Syrie à peu près au moment où l’UNESCO était invitée à se prononcer sur son acceptation du Kosovo comme nouveau membre.

Ces deux événements n’ont a priori rien à voir. Et pourtant…

Les puissances occidentales reprochent à la Russie de violer la souveraineté de la Syrie, alors que le gouvernement syrien a demandé ces frappes russes contre les “rebelles” islamistes.

Inversement, le Kosovo est la plus “parfaite” manifestation récente d’un viol de souveraineté nationale. Pour reconnaître un Kosovo indépendant, il a, en effet, fallu que les pays occidentaux violent la souveraineté serbe ce qui constitue un dangereux précédent en matière de relations internationales (précédent que Vladimir Poutine n’a d’ailleurs pas hésité à mettre en avant dans le dossier ukrainien)…

Ces questions géopolitiques nous dépassent d’assez loin et il est évident que les motivations de Vladimir Poutine ou de Barack Obama nous échappent largement.

Mais ce qui frappe ici, c’est, une nouvelle fois, le “deux poids, deux mesures”.

En Syrie, les Occidentaux dénoncent l’atteinte à la souveraineté nationale, alors que les islamistes les plus fanatiques massacrent allègrement nos frères chrétiens, sans que la coalition fasse quoi que ce soit pour les protéger.

Tandis qu’au Kosovo, le viol de souveraineté était subitement devenu “légitime”, pour donner un État à des islamistes, massacreurs de chrétiens.

Décidément, les chrétiens sont toujours la “variable d’ajustement” des relations internationales. Et, décidément, nous ne nous y résignons pas !

Guillaume de Thieulloy
gdethieulloy@christianophobie.fr