Les “élites” françaises face à l’islam radical

Après des années d’aveuglement, les dangers de l’islam radical commencent enfin à être perçus par les “élites” ; mais, curieusement, celles-ci ne changent pas de politique.
Alors que nous avons sous les yeux les exactions de l’État islamique, les attentats de groupuscules salafistes, le totalitarisme de l’Arabie saoudite, du Qatar, ou du Pakistan, alors même que les dirigeants de notre pays se disent en guerre contre l’islam radical, ils continuent à mener leur politique des années 1980.

C’est ainsi que l’on continue à quémander les subsides du Qatar. Que l’on continue à dire que l’islam est chez lui chez nous. Que l’on continue à lancer d’improbables “machins” pour représenter un tout aussi improbable “islam de France”. Que l’on continue à dénoncer “tous les intégrismes”…

Et, non contents d’ignorer la réalité, nos chers dirigeants continuent à pratiquer un “deux poids, deux mesures”, toujours plus intolérable, en louant abondamment l’islam en ce début de ramadan, après avoir volontairement oublié le Carême.

Tant que ce “deux poids, deux mesures” perdurera, nous persisterons à porter témoignage contre cette iniquité. Et, tant que nos frères chrétiens seront égorgés au nom de l’islam, nous persisterons à porter témoignage pour cette “Église du silence” méprisée des puissants du jour…

Guillaume de Thieulloy