Les États Unis et le HCR discriminent les réfugiés chrétiens

Nina Shea, qui dirige l’ONG d’aide aux chrétiens persécutés Voice of the Persecuted, dénonce, avec raison, la discrimination patente dont sont victimes les chrétiens du Moyen-Orient, sur place ou comme demandeurs d’asile, de la part du HCR et des États-Unis.

Il y a six mois, le secrétaire d’État John Kerry déclara officiellement l’État Islamique « responsable d’un génocide » contre les chrétiens, les Yazidis et d’autres groupes vulnérables dans les zones sous contrôle de l’État Islamique en Syrie et en Irak. Aussi, pourquoi le gouvernement a-t-il confié la survie de ces populations – et accordé une aide matérielle conséquente – à une agence controversée des Nations Unies qui, comme cette organisation, n’a jamais reconnu l’existence d’un tel génocide ?

Le département d’État déclare qu’il aide les minorités qui ont fui, avec des millions d’autres déplacés syriens et irakiens, à travers les Nations Unies. Depuis 2012, l’Amérique a fait passer par les Nations Unies plus de la moitié des 5,6 milliards de $ de son aide humanitaire destinée à la Syrie.
Et pourtant l’agence des Nations Unies qui a pour mission l’aide aux réfugiés, le Haut-commissariat pour les réfugiés (HCR), marginalise les chrétiens et d’autres [minorités] que l’État Islamique veut éradiquer, dans deux programmes essentiels : le logement sur place pour les réfugiés et la réinstallation des réfugiés syriens à l’étranger. […]

Nous avons constaté une discrimination croissante envers les réfugiés et les demandeurs d’asile chrétiens au sein des agences du HCR, y compris en dehors du Moyen-Orient.

Source : Voice of the Persecuted – CH pour la traduction.