Mexique : une nouvelle persécution contre l’Église catholique

Les violences contre les catholiques n’ont pas cessé avec la fin de la Cristiada, la guerre des Cristeros (1926-1929). Les assassinats de prêtres se poursuivent et constituent une manière de “record du monde” ! L’article ci-dessous, du 1er avril dernier, le confirme même s’il convient de mettre à jour les chiffres car, depuis la date de cet article, on sait que ce sont 17 prêtres qui ont été assassinés en 5 ans : le dernier le fut le 26 mars de cette année…

Afin d’encourager et de diffuser les travaux de ceux qui travaillent dans la communication, le Club de Periodistas de México a organisé la 46ème édition de son prix récompensant le journalisme national et international, et dont les lauréats de différentes catégories ont été désignés pour l’année 2016 lors de la session qui a réuni des professionnel de la communication, des entreprises et des propriétaires de médias, dans le centre historique de Mexico.

Une des récompenses fut attribuée au Père Sergio Omar Sotelo Aguilar, religieux de la Famille paulinienne et directeur du Centro Católico Multimedial (CCM), dans la catégorie “Droits de l’homme” pour son enquête Tragédie et épreuve du sacerdoce au Mexique [Tragedia y Crisol del Sacerdocio en México], publiée en décembre dernier [2016], qui considère que « la liberté de culte au Mexique est décimée, sapée et menacée par le crime organisé », selon le rapport annuel du Centro Católico Multimedial.

Pendant huit années consécutives, le Mexique a été en tête des pays les plus dangereux pour l’exercice du sacerdoce. Avec des chiffres implacables, ce rapport signale qu’au cours des 26 dernières années 61 attentats ont été perpétrés contre des membres de l’Église catholique. […]
Dans l’enquête Tragédie et épreuve du sacerdoce au Mexique, on signale qu’au cours des trois dernières années (2013-2015), 15 homicides ont été confirmés, et le pourcentage indique que la tendance, rapportée à la période 2006-2012, est à la hausse.

Religión Digital, 1er juin – © CH pour la traduction.