Nigéria : appel des évêques pour la libération de religieuses enlevées

L’archevêque de Jos et l’archevêque de Benin City, respectivement président et vice président de la Conférence épiscopale du Nigeria, ont lancé un appel pour la libération de six religieuses des Sisters of the Eucharistic Heart of Jesus (Sœurs du Cœur eucharistique de Jésus), une congrégation fondée en 1943 à Lagos au Nigeria. Trois religieuses professes et trois novices furent enlevées dans leur couvent dans la nuit du 13 novembre dernier par des hommes armés. L’inquiétant est que l’enlèvement n’a pas été revendiqué et qu’aucune rançon n’a été exigée.

A la fin de l’assemblée liturgique des archevêques et évêques, du clergé, des fidèles laïcs et du nonce apostolique au Nigéria, réunis pour marquer l’érection canonique du diocèse catholique
de Bomadi et de l’installation de son premier évêque, Mgr Hyacinthe Oroko Egbebo (MSP), le 15 décembre 2017, nous renouvelons notre engagement à prier dans l’espoir du retour de la paix et d’une situation normale pour l’ensemble de notre peuple.

Toutefois, les agents des ténèbres continuent à tenir notre peuple en otage par des enlèvements, des vols à main armée et d’autres actes inhumains. C’est pourquoi nous sommes attristés et souffrons de la détention qui se poursuit de nos filles, les Sœurs du Cœur eucharistique de Jésus qui ont été enlevées voici près d’un mois dans leur couvent de Iguoriakhi près de la ville de
Benin.

Depuis cet horrible incident, nous n’avons pas cessé de prier et d’œuvrer sérieusement pour leur retour sain et sauf chez elles. Malheureusement, chaque jour qui passe ne fait qu’ajouter à notre peine et à notre inquiétude. Tout en continuant à prier pour leur libération, nous, les évêques catholiques, après avoir réfléchi dans la prière, nous appelons nos frères catholiques, tous les autres chrétiens ainsi que les hommes et femmes de bonne volonté à continuer à prier pour nos sœurs qui souffrent et pour tant d’autres qui sont pris dans ce réseau de peine.

Tout en continuant à prier, nous appelons aussi notre peuple à aider les organismes de sécurité de telle sorte qu’ils puissent intensifier leurs efforts pour obtenir la libération des sœurs enlevées. Elles pourront ainsi rentrer chez elles et poursuivre leur grand travail plein d’abnégation pour soulager la douleur de notre société. Nous en appelons aussi à ceux qui les détiennent de tenir compte de notre appel et de les relâcher immédiatement.

Pour l’heure, nous vous appelons tous à demeurer dans notre engagement à créer une société meilleure afin que tous puissent vivre et travailler en paix.

Archevêque Ignatius Kaigama, président de la Conférence des évêques catholiques du Nigéria, Archevêque Agustine Akubeze, vice-président.

Catholic Bishop’s Conference of Nigeria, 15 décembre 2017 – CH pour la traduction.