« Nous n’avons pas d’autre choix que la confiance… »

Lt. Gen. Stephen J. Townsend, commander Combined Joint Task Force Operation Inherent Resolve, visits Task Force Strike, 101st Airborne Division (Air Assault) at Qayyarah West Airfield, Iraq. Coalition troops arrived to Qayyarah West Airfield to enable the Iraqi Security Forces to defeat Da'esh by providing logistical, engineering and artillery fires in support of the liberation of Mosul. The mission of Operation Inherent Resolve is to defeat Da’esh (an Arabic acronym for ISIL) in Iraq and Syria by supporting the Government of Iraq with trainers, advisors and fire support, to include aerial strikes and artillery fire. (USMC photo by Capt. Ryan E. Alvis/Released)

Tania est Irakienne, chrétienne et vit aujourd’hui à Bagdad.

Mossoul est libérée. Vous devez être soulagés ?
C’est une victoire que nous attendions évidemment, et nous sommes heureux que l’armée irakienne ait repris la ville à ces sauvages. Mais la route est encore longue pour l’Irak, et même pour Mossoul. D’abord elle est très détruite, et le retour des habitants ne pourra pas se faire sans un investissement massif dans la reconstruction. Mais c’est surtout l’enjeu confessionnel qui va être le défi des années à venir. Il y a trois ans, l’État islamique a été accueilli positivement par une majorité des habitants sunnites de la ville, qui se sentaient souvent humiliés par le pouvoir en place. Les chiites règlent leurs comptes avec les sunnites et inversement ; des églises sont détruites ; et nous, chrétiens, sommes parfois considérés comme collaborateurs des Américains… L’Irak est un pays traumatisé depuis des années, et la victoire de Mossoul n’est malheureusement qu’une étape. Il faudra que le pouvoir central soit extrêmement délicat pour que ne se reforme pas l’État islamique plus tard. Sans compter que ses soldats sont encore dans plusieurs parties du territoire. Mais, c’est une bonne nouvelle que la capitale de ce qu’ils appelaient leur « califat » soit tombée !

L’accès à plusieurs villages chrétiens de la plaine de Ninive sera peut-être désormais plus sécurisé ?
Sans doute, mais, là encore, nous ne pouvons qu’être prudents et beaucoup d’entre nous refusent pour l’instant d’organiser leur retour dans ces villages. Vous savez, nous n’avons pas attendu la proclamation du califat pour avoir peur. Depuis l’invasion américaine de 2003, les milices font la loi dans le pays et les chrétiens sont régulièrement ciblés gratuitement… L’État islamique nous a obligés à fuir, mais certains l’avaient fait depuis longtemps déjà. Nous ne pouvons imaginer rentrer que si nous savons qu’il y a un avenir pour nos enfants. Nous ne pouvons plus avoir peur de les voir mourir chaque matin. J’aime ce pays plus que tout, mais l’émigration est une solution que nous envisageons tous. J’espère que nous n’aurons jamais à nous y résoudre.

L’armée irakienne a été soutenue par plusieurs armées occidentales… Est-ce un réconfort ?
Il est toujours rassurant de voir que nous ne sommes pas seuls, mais la présence des Occidentaux – et notamment des Américains – n’est jamais très rassurante. À Mossoul, ils ont aidé l’armée irakienne et nous ne pouvons qu’être reconnaissants… Mais voilà des mois qu’ils parlaient, sans que l’État islamique soit sérieusement inquiété. Et puis aucun d’entre nous ne peut oublier que la vie était nettement moins anxiogène et mortifère avant l’invasion américaine de 2003… Pour être honnête, il est difficile d’éprouver de la reconnaissance envers les Américains.

Qu’est-ce qui vous fait vivre ?
Notre joie n’est pas feinte, elle est parfois assez surnaturelle. Nous avons parfois de très bonnes raisons, humaines et concrètes, de nous réjouir, mais le reste vient du Ciel. Nous n’avons pas d’autre choix que la confiance, même lorsque nous ne comprenons pas.