ONU : mise en garde contre l’« amputation de l’ADN du christianisme » au Moyen-Orient

Ancien Premier ministre du Portugal (1995-2002) et membre du Partido Socialista, António Guterres a été nommé aux fonctions de Haut commissaire
pour les réfugiés des Nations Unies, le 15 juin 2005. Lors d’un échange au National Press Club de Washington D.C., en octobre dernier, il a asséné quelques vérités élémentaires que nos lecteurs apprécieront de
découvrir…

Haut commissaire pour les réfugiés des Nations Unies, António Guterres a exprimé [mardi 27 octobre 2015] sa préoccupation face à l’exode des chrétiens du Moyen-Orient en raison des conflits en Syrie et en Irak.
Guterres a déclaré que s’exprimant « comme chrétien », il était « inquiet de ce qui se passe au Moyen-Orient ».

Guterres a fait référence aux origines moyen-orientales du christianisme et a déclaré que le nettoyage religieux des chrétiens dans cette partie du monde constituerait « une amputation de l’ADN du christianisme et de l’ADN du Moyen-Orient ».

« Permettez-moi de m’exprimer ici aussi en tant que chrétien, ce que, probablement, je ne devrais pas faire », a déclaré Guterres lors d’une discussion sur la crise des réfugiés syriens au National Press Club de Washington D.C. « Je dois avouer que je suis inquiet de tout ce qui se passe au Moyen-Orient. Les gens dans mon pays [le Portugal], et, bien sûr, je me garderai de parler des États-Unis car ils constituent une jeune nation, sauf pour les populations qui s’y trouvaient déjà depuis longtemps, mais dans mon pays donc les gens rendaient encore un culte aux arbres et aux rivières, alors que les chrétiens du Moyen-Orient, à Alexandrie, Antioche ou Césarée discutaient pour savoir si le Saint-Esprit procédait du Père ou du Père et du Fils », a déclaré Guterres.

« Je veux dire que c’est là que le christianisme est né et constater que ces communautés risquent d’être éradiquées de cette région c’est quelque chose que j’envisage avec horreur. »

« Alors, et indépendamment de l’importance du programme de réinstallation [des populations], j’estime que la communauté internationale doit faire tout son possible pour créer les conditions empêchant que ces communautés ne soient pas religieusement nettoyées. Je veux dire que, dans cette partie du monde, ce serait vraiment une amputation de l’ADN du christianisme et de l’ADN du Mo¬yen-Orient.

Ceci n’a rien à voir avec l’aide aux personnes pour se réinstaller, mais nous devons aussi mobiliser les efforts de la commu¬nauté internationale pour protéger ces communautés qui sont à l’origine même du christianisme tel que nous le connaissons aujourd’hui », a conclu Guterres […]

Source : CNS News, 28 octobre – CH pour la traduction