Pakistan : incendie suspect d’un lieu de culte

La British Pakistani Christian Association (BPCA) signale un nouveau cas récent d’incendie suspect – pour ne pas dire criminel d’une église protestante dans le Pendjab.

L’église New Apostolic du village de Bath, à 80 km de Lahore […], a été incendiée […] mercredi 6 janvier. […] Son pasteur, Yaqoob Saraoya, a raconté qu’il avait fermé l’église vers 12 h 30, mais, une heure plus tard, il recevait un appel téléphonique l’informant que l’église était en feu. Il revint sur les lieux quelques minutes plus tard et avec l’aide de villageois chrétiens, il vint à bout de l’incendie en une heure de temps sans aucune aide des pompiers locaux.

Estimant qu’il s’agissait là d’un incendie criminel en riposte au caractère exubérant du culte et des célébrations, le pasteur Yaqoob appela le commissariat de police de Manga.
Le commissaire […] procéda à un très bref examen des lieux et suggéra que la cause de l’incendie était probablement due à un court-circuit et non pas criminelle. La police refusa d’enregistrer la plainte […].

Dildar Bhatti, un habitant vivant à proximité de l’église a déclaré : « J’ai montré aux policiers des traces suspectes sur le mur, prouvant que quelqu’un y avait grimpé pour s’introduire dans l’église, mais les policiers n’en ont pas tenu compte et n’en ont pas fait mention dans leur rapport. » […]

Shamim Masih, journaliste principal [de la BPCA], a déclaré : « Quand je suis arrivé sur place, les habitants avaient empilé tous les objets brûlés et beaucoup de paroissiens priaient sur les lieux. Ils avaient repeint les murs extérieurs de l’église et rassemblé toute la communauté pour restaurer son lieu de culte.
Il y a plus de 1 000 chrétiens qui vivent dans ce village, et cette colonie particulière compte plus de cinquante familles. La plupart des chrétiens sont dans un état de servitude et gagnent leur vie en étant des esclaves modernes dans différents secteurs : briqueterie, fabrique de tapis. Cette récente attaque a provoqué une grande peur parmi les chrétiens locaux. »

Source : L’Express (Royaume-Uni), 11 janvier – CH pour la traduction.