Pakistan : les ONG en péril

L’expulsion du Pakistan de l’ONG Save the Children est un nouveau signal du raidissement de ce pays musulman où la persécution des chrétiens se poursuit. La British Pakistani Christian Association (BPCA) a commenté, le 13 juin, cette décision.

Les autorités du Pakistan viennent d’ordonner que Save the Children quitte le pays. […] Le gouvernement a déclaré qu’il a pris cette mesure en réaction aux activités anti pakistanaises menées par Save the Children, prétendant, notamment, que l’organisation caritative avait participé au faux programme de vaccination utilisé par la CIA pour retrouver Oussama ben Laden. L’organisation caritative a nié véhémentement avoir été liée avec la CIA […] L’organisation caritative employait 1 200 Pakistanais dans des projets consacrés à l’éducation, à l’alimentation et à la santé […].

Une déclaration du gouvernement vendredi [12 juin] […] stipule que cette organisation « opérait avec l’aide des États-Unis, d’Israël et de l’Inde ». […] La déclaration du ministère précise que le gouvernement ne projette pas d’interdire toutes les ONG mais travaille à un plan destiné à réglementer et aider celles qui sont « légales ». […]
Un responsable du ministère de l’Intérieur a déclaré vendredi que les agréments d’au moins 15 organisations caritatives avaient été révoqués […]. Les organisations caritatives étrangères se sont plaintes d’avoir été traitées avec une hostilité et une suspicion croissantes au Pakistan […].

William Chowdhry, président de la BPCA a fait les commentaires suivants : « Cette mesure prise contre l’une des plus respectables et célèbres organisations caritatives mondiale est révélatrice du mur du silence que le Pakistan est en train d’élever. Tenter de réduire au silence ceux qui disent la vérité sur l’oppression au Pakistan, n’est pas un phénomène nouveau […] Les aides budgétaires à l’étranger ne devraient pas être accordées à des pays qui ne font rien pour améliorer le triste état des droits de l’homme […]. La Grande-Bretagne et l’Amérique pourraient réexaminer leur présent soutien à un pays qui fait fi des lois internationales, en exigeant une amélioration globale sous peine d’un arrêt immédiat de l’aide ».

Source : communiqué de la BPCA du 13 juin. © CH pour la traduction