Pakistan : une émeute antichrétienne à Lahore

People hold up signs as they rally against French satirical weekly Charlie Hebdo, which featured a cartoon of the Prophet Mohammad as the cover of its first edition since an attack by Islamist gunmen, in Bamako January 16, 2015. The sign (C) reads: "I'm not Charlie". REUTERS/Joe Penney (MALI - Tags: RELIGION POLITICS) - RTR4LQNH

A Lahore, dimanche 24 mai vers 14 heures, un chrétien du nom d’Hamaoyiun, alias Faisal, mentalement diminué, a fait l’objet d’un dépôt de plainte – enregistrée sous le n° 424/15 pour blasphème, conformément à l’article 295-B du Code pénal –, au commissariat de police Gulshan Ravi, par un musulman du nom de Sayed Zeeshan Haider.

Selon le dépôt de plainte, le plaignant passait à proximité du canal des eaux usées, quand il vit un homme en train de brûler des textes coraniques trouvés dans des poubelles fixées à un poteau électrique.
Le plaignant et ses compagnons se sont saisis du supposé accusé et l’ont immobilisé, tandis qu’un grand nombre de gens s’attroupaient sur les lieux.
La police, appelée par le 15, arriva sur place et emmena l’accusé au commissariat où il fut placé en cellule.

Vers 18 heures, une foule de centaines de musulmans furieux s’est rassemblée dans une mosquée locale et, après la prière du soir, s’est dirigée vers la zone où habitent les chrétiens et où le supposé accusé habitait.
Les chrétiens du quartier étaient sur le qui-vive, ayant été alertés par la police d’une prochaine attaque.
Ils fermèrent leurs maisons à clef et fuirent pour sauver leurs vies. La foule furieuse s’attaqua aux maisons des chrétiens, brisant les vitres et les compteurs électriques. Les musulmans pillèrent aussi les maisons. Ils pénétrèrent de force dans l’église catholique Saint-Joseph dans l’intention de la piller, mais l’intervention à temps de la police et des Rangers ne permit pas à la foule de mettre à exécution son projet.
Lors des échauffourées entre la foule et la police, un haut gradé de cette dernière fut blessé.
La situation est désormais sous contrôle, mais beaucoup de maisons sont encore cadenassées.

Aujourd’hui [lundi 25 mai], Sardar Mushtaq Gill, défenseur des droits de l’homme, s’est rendu sur les lieux touchés et a rencontré des résidents chrétiens. Ces derniers sont terrifiés et ont peur des musulmans.
Après des entretiens avec plusieurs chrétiens de ce quartier, on peut conclure que cette loi [sur le blasphème] est utilisée contre les chrétiens pour les rendre encore plus déprimés.
Nous demandons à la communauté internationale de nous soutenir pour en obtenir l’abolition.

Source : LEAD (25 mai) – © CH pour la traduction.