Pakistan : faute de protection, des églises ferment…

Ce n’est pas un des moindres paradoxes des relations entre l’État et les Églises en matière de protection : plus l’État exige un haut degré de protection pour les églises et plus les églises ferment… Une chose est la réglementation – en soi favorable aux É­glises –, une autre chose

Vous devez vous connecter ou vous abonner pour avoir accès à ce contenu.

Laisser un commentaire