Pakistan : un chrétien condamné à mort pour blasphème

Si le poème, car il s’agit d’un poème, a bien été envoyé au plaignant depuis le téléphone portable de l’accusé, ce dernier est illettré selon une déclaration de son frère rapportée par Morning Star News. Un policier, parlant sous couvert d’anonymat à Morning Star News, a révélé que la plainte n’avait été enregistrée qu’en raison de craintes de troubles de l’ordre public promises par les responsables musulmans locaux en cas de non-enregistrement de ladite plainte. C’est ainsi que cela fonctionne au Pakistan. Le condamné à mort est un catholique âgé de 27 ans et père de deux enfants… Voici un communiqué sur cette affaire de Legal Evangelical Association Developement (LEAD) du Pakistan.

Un chrétien accusé d’avoir commis un blasphème vient d’être condamné à mort par un tribunal local [de Gujrat, Pendjab]. Nadeem James, habitant de Sarai Alamagir [district de Gujrat], est accusé d’avoir commis un blasphème en juillet [2016].


Le plaignant, Yasir Bashir, s’est rendu au commissariat de district de Sarai Alamagir. Conséquemment, le 10 juillet 2016, une plainte a été enregistrée contre Nadeem James en vertu des § A et C de l’article 295 du Code pénal pakistanais. Peu après l’enregistrement de la plainte, Nadeem James a fui et, en son absence, la police a procédé à l’arrestation de deux de ses sœurs.
Selon la famille de l’accusé, Nadeem s’est trouvé impliqué dans une affaire de blasphème car il avait épousé une femme musulmane. Le fugitif a fini par être rattrapé par la police et est passé en jugement au tribunal de district de Gujrat. Irfan Haider, juge des sessions additionnelles [le jugement s’est déroulé en prison et non pas en salle d’audience], l’a condamné à la peine de mort et à une amende de 300 000 roupies pakistanaises [environ 2 400 €].
Dans son jugement de 28 pages, le tribunal a déclaré que Nadeem James avait envoyé des messages blasphématoires via Whatsapp à Yasir Bashir.

LEAD, 16 septembre – CH pour la traduction.