Ploërmel : le responsable du collectif #TouchePasMaCroix conteste le maire… [version intégrale]

Croix de Ploëmerl : David Cabas conteste la décision du maire

L’affaire de la croix de Ploërmel, à l’origine locale, s’est hissée au plan national et a désormais des répercussions mondiales… La décision du Conseil d’État, mal étayée juridiquement puisqu’il s’agit d’une œuvre d’art, est contestable mais le maire de Ploërmel a finalement décidé de déplacer le monument sur un terrain privé. Une décision contestée par David Cabas, responsable du collectif #TouchePasMaCroix et secrétaire départemental (Morbihan) de Debout la France. Il a bien voulu répondre à notre rédaction.

Secrétaire département pour le Morbihan de Debout la France, David Cabas est aussi le responsable du collectif #TouchePasMaCroix qui s’oppose, sur le terrain, à la mutilation du monument à Jean-Paul II et à son déplacement. Voici le texte intégral de l’entretien qu’il a accordé à notre rédaction.


1. Vous avez vivement réagi aux déclarations de Patrick Le Diffon à l’AFP le 4 décembre, annonçant qu’il opinait pour un déplacement du monument à Jean-Paul II sur le terrain d’une école privée catholique. Est-ce à dire que le maire de Ploërmel n’a pas estimé utile de se concerter avec votre collectif #TouchePasMaCroix qui est un des acteurs sur le terrain ?

M. Le Diffon a montré son hostilité envers le collectif #TouchePasMaCroix la semaine qui a précédé le rassemblement du dimanche 26 novembre. M. Le Diffon a prétendu que notre initiative était une récupération politique alors que nous avions pris soin d’inviter tous les représentants de toutes les formations politiques représentatives pour un rassemblement unitaire et transpartisan pour le maintien de la croix. Alors que nous avions un représentant FN, Les Patriotes, PCD, DLF, LR. Patrick Le Diffon a découragé la représentante LR à se joindre à notre initiative.

Vous devez vous connecter ou vous abonner pour avoir accès à ce contenu.

Extraits des propos recueillis le 11 décembre. L’intégralité de l’entretien est publiée sur notre site : www.christianophobiehebdo.fr