Quelques demandes au prince héritier d’Arabie saoudite…

Une hirondelle ne fait pas le printemps et quelques paroles apaisantes du prince héritier Mohammed ben Salman Al Saoud ne valent pas nécessairement un ferme engagement de sa part (cf. Christianophobie hebdo n° 159). Après l’Égypte et le Royaume-Uni, le prince héritier est arrivé le 19 mars à Washington D.C. pour une visite officielle de deux semaines au cours desquelles il rencontrera des responsables politiques et religieux des États-Unis. L’ONG In Defense of Christians (IDC) dont le siège est à Washington D.C. et qui agit pour la défense des chrétiens persécutés, recommande aux responsables politiques qui rencontreront le prince saoudien d’aborder franchement quelques points “qui fâchent”… Voici ceux qui trai­tent directement des intérêts des chrétiens du Moyen-Orient.

Respecter les droits humains fondamentaux des minorités religieuses. Entre 1,5 et 2,3 millions de travailleurs immigrés en Arabie saoudite sont chrétiens. Le gouvernement saoudien fait des descentes dans des réu­nions religieuses privées, les publiques étant illégales, dont les conséquences sont des arrestations ou des expulsions des participants. […]
– Soutenir les communautés qui se remet­tent de l’État Islamique. Beaucoup de communautés en Irak et en Syrie sont en ruines et leurs populations autochtones, y compris plusieurs minorités religieuses, doivent pouvoir rentrer chez elles. En aidant à la recons­truction de ces zones, l’Arabie saoudite peut faire fond sur ses relations avec l’Irak, créer un nouveau climat de confiance entre les religions et contribuer à empêcher les groupes extrémistes de tirer profit de la vulnérabilité de ces populations.
– Être une force positive dans la lutte contre l’extrémisme religieux. L’Arabie saoudite a soutenu des groupes extrémistes syriens et a dépensé des milliards de dollars pour répandre le wahhabisme, une interprétation extrémiste et intolérante de l’islam, dans le monde entier.

Vous devez vous connecter ou vous abonner pour avoir accès à ce contenu.

IDC, 19 mars – CH pour la traduction.