Soudan : manœuvres judiciaires de spoliation contre une Église

Un très évident cas de spoliation d’une confession chrétienne avec l’appui d’un renégat vendu au gouvernement islamiste de Khartoum.

En 2012 [la Sudan Presbyterian Evangelical Church, SPEC] avait démis de ses fonctions de président du Conseil de la communauté évangélique [une commission de la SPEC], Hamad Muhammad Salah pour fraude et avait nommé à sa place Rafat Samir.

M. Salah s’était plaint auprès du gouvernement lequel le rétablit dans ses fonctions alors même que le gouvernement ne dispose d’aucune autorité légale pour nommer qui que ce soit dans une commission ecclésiale.
Depuis son “rétablissement”, M. Salah s’est mis à “vendre” des propriétés appartenant à la SPEC à des hommes d’affaires de mèche avec le gouvernement, et contre la volonté de l’Église.

À plusieurs reprises, des membres de l’Église ont été arrêtés ou physiquement agressés alors qu’ils protestaient pacifiquement contre ces “ventes”.

En 2016, un tribunal administratif avait jugé que Rafat Samir, et non M. Salah, était le président légal du Conseil de la communauté.

M. Salah accuse désormais Rafat Samir et son assistant, Daniel Williams, de violation de propriété, de recel illégal (en prétendant être un représentant de l’Église) et de se faire passer pour le président du Conseil de la communauté. Sur la base de ces accusations, un tribunal correctionnel a entamé une procédure contre Rafaf Samir.

Middle East Concern, 13 juillet – © traduction CH.