Soudan : sur fond de spoliations, un chrétien assassiné

Le Soudan est l’un des pays où les chrétiens sont les plus persécutés. Persécutions brutales ou plus subtiles comme ces innombrables tentatives de spoliations de propriétés légales de congrégations chrétiennes. Une de ces tentatives vient de se solder par la mort d’un responsable chrétien…

Des chrétiens du Soudan demandent des prières en raison des tentatives persistantes de spoliation de propriétés d’Église, qui se sont traduites par le décès d’un responsable d’église, poignardé le 3 avril.
Contre les vœux de l’Église, le gouvernement a imposé un comité à la Sudan Presbyterian Evangelical Church. Depuis 2013, ce comité a mis en vente des propriétés de cette église à un homme d’affaires lié au gouvernement.

Une de ces propriétés est l’Evangelical School d’Omdurman. Le 3 avril, des chrétiens étaient réunis dans cette école pour une manifestation pacifique de trois jours contre l’appropriation illégale de cette école par un homme d’affaires qui est aussi membre de la police. La police est intervenue et a arrêté tous les hommes, ne laissant sur place que les femmes. C’est alors qu’un groupe d’une vingtaine de personnes, dont des membres du comité, a fait irruption dans l’école avec des couteaux et d’autres armes et s’est mis à frapper les femmes.

Plusieurs hommes de la Bahri Evangelical Church voisine se sont précipités pour tenter de protéger les femmes. Les hommes armés se sont retournés contre eux. Younan Abdullah, un responsable de la Bahri Evangelical Church, est décédé des blessures qu’il a reçues. Un autre membre de cette église, Ayoub Kumama, a également été blessé : il a été soigné dans un hôpital voisin qu’il a pu quitter.

Younan laisse une veuve et deux jeunes enfants.

Avant cette attaque, la police n’avait cessé d’arrêter des chrétiens qui manifestaient pacifiquement dans cette école, y compris Younan qui fut arrêté une semaine avant d’être tué. Lors de cette attaque du lundi 3 avril, la police était présente, mais elle n’est pas intervenue pour protéger les agressés. Elle n’a pas davantage porté assistance à Younan quand il a été poignardé.

Middle East Concern, 5 avril – © traduction CH.