Suède : une chrétienne frappée d’un interdit professionnel

L’Observatoire de l’intolérance et de la discrimination contre les chré­tiens en Europe (Dokumentationsarchiv der Intoleranz gegen Christen
/ Observatory on Intolerance and Discrimination against Christians) de Vienne, en Autriche, a diffusé, le 12 novembre, la synthèse d’un
communiqué de l’association suédoise Scandinavian Human Rights Lawyers (SHRL, Avocats scandinaves pour les droits de l’homme) du
même jour, dénonçant des cas manifestes de discrimination à l’embauche d’une chrétienne en raison de sa foi, et un déni de justice d’un tribunal
suédois. En voici les principaux extraits.

Le tribunal de district de Jönköping a rendu jeudi [12 novembre] un jugement contre la sage-femme Ellinor Grimmark à qui on a injustement refusé un emploi dans trois hôpitaux différents, en raison de son opposition de conscience à l’avortement.

« Nous regrettons la décision du tribunal. Le tribunal a décidé de ne tenir aucun compte du droit à la liberté de conscience conforme au droit international et à la Convention européenne des droits de l’homme. Nous allons discuter de ce jugement avec notre cliente Ellinor Grimmark, mais il est probable que nous ferons appel de ce jugement à la Göta Hovrät, la Cour d’appel », a déclaré l’avocate Ruth Nordström, conseillère juridique principale des Scandinavian Human Rights Lawyers.

En novembre 2013, la clinique pour femmes Höglandssjukhuset [d’Eksjö en Suède] a refusé une offre d’emploi qu’elle avait proposée à la sage-femme Grimmark, qui y avait répondu, au motif qu’elle avait expliqué qu’elle ne pourrait pas pratiquer d’avortements au nom de l’objection de conscience et de sa foi chrétienne. La directrice de la maternité a déclaré que Grimmark « n’était pas la bienvenue pour travailler avec eux » et s’est interrogée « comment une personne qui a de telles opinions a pu vraiment devenir une sage-femme ». Quelques mois plus tard, Grimmark a essayé d’obtenir un emploi de la clinique pour femmes Ryhov, où on lui a dit qu’une « personne qui refuse de pratiquer des avortements n’avait pas sa place dans une clinique pour femme. »

En janvier, la clinique pour femmes de l’hôpital de Värnamo avait offert un emploi à Grimmark puis le lui retira après avoir appris la plainte qu’elle avait déposée contre Höglandssjukhuset en avril précédent. Le directeur de l’hôpital déclara à Grimmark qu’aucun employé n’était autorisé à faire des déclarations publiques contre l’avortement.

Ellinor Grimmark travaille actuellement comme sage-femme dans une maternité de Norvège où la liberté de conscience est respectée. Considérant la grande pénurie de sages-femmes en Suède, en particulier dans les services de soins de maternité, il est surprenant que les autorités de santé de la région de Jönköping préfèrent perdre des personnels de santé compétents au profit de la Norvège, plutôt que de leur accorder la liberté de conscience […] « La liberté de conscience est un droit de l’homme fondamental. Refuser la liberté de conscience à tous les personnels de santé en Suède ne saurait être admis comme une mesure indispensable dans un pays démocratique. La Suède n’a pas démontré de quelle manière son système de santé était à ce point incomparable par rapport au reste de l’Europe et à ses pays voisins, qu’il lui était impossible d’accorder à Ellinor Grimmark son droit à la liberté de conscience », a déclaré l’avocat Jörgen Olson.

Source : Dokumentationsarchiv der Intoleranz gegen Christen, 12 novembre – CH pour la traduction.